AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
« Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.



 
LA V2 EST ENFIN LA..HIP HIP HIP HOURRA ♪(ノ´∀`*)ノ DE NOUVELLES SURPRISES VOUS ATTENDENT. ~

Partagez | 
 

 « Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Invité
Invité




MessageSujet: « Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.   Lun 28 Nov - 3:31




« Please, stay with me ... »

S'approcher du micro. Le stress au ventre, et comme une boule à la gorge. Voir cette foule, devant vous, qui n’attend qu’une chose : que vous chantiez. Sentir l’adrénaline monter. Prendre son souffle, et hésiter, ne serait-ce qu’un quart de seconde. Trop tard pour faire demi-tour, encore plus pour avoir une crise de panique. Alors, vous ouvrez la bouche, lentement et sûrement, et priez pour que vos cordes vocales ne fassent pas des leurs. Priez pour que le microphone marche, aussi. Mais au final, c’est toujours la même chose. Vous commencez à chanter, et cette sensation d’anxiété s’envole, laissant place à un profond bonheur. Vous vous sentez voler, comme si vos pieds quittaient le sol. Les flots de mélodie s’élevant dans les airs. Ces gens vous regardant, intrigués, intéressés, fascinés même. Et vous ne savez comment décrire cette émotion, ce bien-être intérieur. C’est comme si vous tombiez amoureux, mais amoureux de la musique.

Alors, discrètement, vous esquissez un sourire. Votre regard scrute le public. Il le frôle et le passe en vitesse, sans s’arrêter sur une personne en particulier, de peur que le stress revienne. Surtout si cette même personne est belle, ou même attirante. Donc vous préférez vous attarder sur des points factices, même si certains fans se persuaderont que vous les regardiez. Or, ce n’était absolument pas le cas, et vous continuez de chanter, les paroles sortant mécaniquement de votre bouche, devenues comme un réflexe naturel. De votre sourire, vous illuminez la scène. Attirez tous les regards. Et c’est ça qui fait de vous … L’attraction principale. Celui sur qui l’attention est portée. La musique vous suit, vous suivez la musique. Le tempo reste le même, quoi qu’il arrive. Ce n’est pas un métier, mais une vocation. Depuis toute petite, elle voulait faire ça. Chanter. Elle savait même chanter avant qu’elle ne puisse parler. Ses babillements ressemblaient à des chantonnements.

Elle qui fit si rapidement des progrès, pour entrer dans le monde des grands. Ce même milieu où il fallait lutter pour se faire une place, qu’elle se fit, non sans mal. Grâce à son manager, et à ceux qui ont su croire en elle. Son père, de prime abord, n’était pas pour cette carrière de chanteuse. Trop … Beau, trop niais, peut-être trop ambitieux pour la petite fille. Mais il l’avait soutenue dans son rêve, quitte à ce que la chute soit rude pour elle. Elle le fut, mais juste après le décès de son géniteur. Malgré tout, elle était là, sur cette scène, à chanter, comme si de rien était. Cependant, son cœur était encore gris, et elle avait du mal à se remettre dans les choses banales de la vie, qui suivait néanmoins son cours. Et elle avait déjà dix-neuf ans, et il fallait qu’elle pense à son avenir plutôt que de se morfondre sur son passé. Aussi, se concentrer sur son présent et l’entretenir comme la première fleur du printemps.

La musique passait, et déjà Mai ne regrettait pas d’avoir participé à ce concert. Certes, il était caritatif, et les gens présents n’étaient pas forcément des fans … Mais c’était pour la bonne cause. En effet, même si une scène montée en plein air en cette fin d’automne n’était pas vraiment une condition optimale, le fait de chanter pour la Croix Rouge japonaise était un honneur pour la demoiselle. Et puis, cela permettait aussi de rencontrer d’autres artistes et de, pourquoi pas, organiser quelques projets avec eux. C’était donc une bonne occasion de se faire des amis et des connaissances. Le concert se finit avec cette chanson de Mai, qui la clôtura de nombreux remerciements et autres révérences, puis une dernière avec tous les musiciens, accompagnée de copieux applaudissements. Tout était merveilleux, l’ambiance était excellente. La chanteuse, revêtue de son sublime sourire, quitta la scène dans les derniers, signant quelques autographes, accroupie sur le devant de la scène, jetant de temps à autre des coups d’œil en arrière pour ne pas être la victime d’une farce d’un autre chanteur.

Elle aimait être proche des gens qui l’écoutaient, et qui l’aimaient pour ce qu’elle faisait. Bien qu’il y ait beaucoup de fans masculins attirés par son physique, la majorité l’écoutait pour sa voix. Alors elle se retira après une dizaine de minutes à signer des autographes et sourire à ses fans, alors que tous les artistes s’étaient réfugiés dans les coulisses, tous autour d’un bon chocolat chaud, ou un café. En effet, l’heure était tardive, et le concert avait commencé vers vingt heures. Tout était silencieux, maintenant, calme et paisible. Mai accepta avec un sourire radieux le chocolat chaud que lui proposait un des membres du staff du concert, et se réchauffa les mains par la même occasion. Elle était un peu à l’écart du groupe d’artistes, préférant la solitude, mais aussi timide. Même si c’était une chanteuse et qu’elle devait combattre cette timidité, ça la gênait un peu qu’elle doive s’approcher de ces grands artistes dix fois plus connus qu’elle, mais aussi grands par … leur taille.

Alors, elle attendait, là, jusqu’à ce qu’un des artistes, un jeune comme elle aussi, mais dont elle avait entendu parler et dont le début de carrière s’annonçait cent fois mieux que celui de Mai, vint lui parler. Il était mignon, presque charmant, mais assez prétentieux. Alors, c’était ça, la clé ? Il fallait être imbu de sa personne pour pouvoir percer dans le milieu ? Pour la chanteuse, plutôt mourir que de se montrer orgueilleuse. En même temps, elle ne pouvait pas vraiment se le permettre. Alors, timidement, elle lui sourit, ils parlèrent du concert, mais aussi de leurs carrières respectives, à commencer par celle du jeune homme, bien sûr, qui fit l’éloge de son moindre single, clip ou même concert. La chanteuse le regardait, l’entendait, mais ne l’écoutait pas. En effet, elle semblait concentrée sur autre chose. Et puis, ce n’était pas comme si ce que disait monsieur-je-me-la-pète l’intéressait, non, bien au contraire.

En effet, elle était plus intéressée par ce jeune homme plutôt mignon qui venait d’entrer dans les coulisses, et qui semblait … Je dis bien « semblait », car cela paraissait invraisemblable, vouloir voir Mai. Mais … Ce n’était pas croyable. Elle s’approcha des vigiles, alors, intriguée par la situation. Après avoir passé le groupe d’artistes, elle se présenta face aux dos des deux colosses de noir et se racla la gorge.

    « Hum-hum … Puis-je savoir ce qu’il se passe ici ? »


Un des deux hommes se tourna vers la chanteuse et se gratta l’arrière de la tête, visiblement gêné de la situation, tandis que l’autre faisait barrage à l’inopportun. Celle-ci but une gorgée de son chocolat chaud et jeta un coup d’œil derrière les deux géants pour voir de qui il pouvait bien s’agir.

    « Mademoiselle Kagami, cet homme tient à vous parler. Nous lui avons fait comprendre que cet endroit était réservé au staff et aux artistes du concert, mais il insiste, il veut vous parler … ! »


Elle passa entre eux et se retrouva en face du jeune homme en question. Jeune homme, qui, au passage, était canon. Mais ça, elle ne le dit pas. Sauf qu’elle ne le connaissait absolument pas. Elle se contenta de lui sourire et de lui tendre la main pour le saluer.

    « Bonjour, que puis-je faire pour vous, monsieur … ? »
Revenir en haut Aller en bas


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Sei Orihara
HEART MIND & SOUL.
HEART MIND & SOUL.

▌Petits Mensonges : 3

Got a Secret ;
■Pseudo : Liar
■Classe Sur Frenesis: Voleur



Got a Secret ;
■Pseudo : Liar
■Classe Sur Frenesis: Voleur

MessageSujet: Re: « Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.   Mer 30 Nov - 0:35

Sortie de la douche à 20h35 précise. Punaise, ce qu'une douche peut vous faire du bien ! Ce soir encore j'étais tout seul à l'appartement, pour ne pas changer. De toute façon il fallait que je bosse sur l'ana... Ou pas. Soupirant, avec une serviette sur les épaules et un boxer, je me dirigeais dans ma petite cuisine, je me disais bien que quelque part il me restait un fond de whisky. Je me servais alors un verre, le fond de la bouteille, venue d'Europe, un ami me l'avait envoyée. Puis, passant devant la table basse avec la serviette à moitié sur la tête et le verre à la main, mon téléphone m'intrigua. Trois appels manqués et trois messages vocaux. Ah bon. Je levai un sourcil, puis appelait la messagerie en haut parleur pour écouter mes messages.

" Hé ! Tu fais quoi ce soir ? Je suis certain que tu fais rien et que tu vas te faire chier, donc tu vas sortir pour aller te défouler. Ceci dit ! Bonne nouvelle, j'ai appris que dans ton quartier y avait un mini concert pour la Croix Rouge. De plus, c'est la Croix Rouge quoi, tu penses pas que ce serait cool d'avoir un peut de présence du corps médical ? - Je soupirai. - Non, je déconne hein ! Mais, voilà je pensais que te sortir un peu serait sympa. Parce que en ce moment t'as plutôt l'air chargé. Enfin bref, ça commence à 20h ! - Je jetai un coup d'oeil à l'horloge murale en buvant une gorgée, manquant de m'étouffer en voyant l'heure. - Sois pas en retard s'il te plait, je suis pas tout seul. Puis, tes lapins commencent à nous emmerder ! Bon, on se retrouve à Roppongi hein !"

"Ouais en fait j'ai oublié de te dire qu'on avait pas l'intention de rester trop longtemps non plus.
- C'était le deuxième message qui commençait, alors que je me séchais encore les cheveux.- Ce serait cool si tu pouvais venir un peu avant, tu vois histoire que les gens soient rassurés. A de suite."

Je lâchai un longs soupire en me pinçant les lèvres. J'allais me faire tuer, mais bon, c'était pas grave, j'avais pas mon téléphone sur moi. Je ne l'avais jamais sur moi en fait. Le bip sonore du dernier message retenti alors, me sortant de mes songes.

"Bon, mec, ton lapin il était rose cette fois. Tu fais chier."

Au moins c'était direct. Mais, il avait raison, la Croix Rouge c'était la bonne cause. Ceci dit, je n'avais pas la moindre idée de l'heure à laquelle la petite manifestation se terminerait. C'était bête, si j'étais assez con je m'allongerai dans mon canapé là. Mais, il m'avait intrigué en fait. Ah ! Curiosité quand tu nous tiens, tu nous lâche plus. Et puis, en plus de ça, j'avais peut être l'espoir de les croiser, histoire de m'en prendre plein la tronche pour ensuite déconner. Je fis une grimace, je n'avais pas réellement envie de les voir en fait. Maintenant, Flemme, quand tu nous tiens, tu peux te montrer vraiment cruelle, saloperie. Je soupirai de nouveau, finissant mon verre avec nonchalance, et regardant par la fenêtre d'un air mélancolique. Je me dirigeai alors vers ma chambre, trainant des pied et laissant le verre sur la table, à côté du téléphone que j'avais raccroché alors que la dame faisait son monologue.

Arrivé devant mon armoire, j'ai fait un gros blocage : Je vais me mettre quoi au juste ? J'ai opté au final par une chemise cerise et un pantalon noir. Je sorti en vitesse de la chambre, attrapant un paquet de cigarettes à moitié plein et une sucette à la fraise ( au pif en fait ). Sans oublier de chopper mes clés, mon manteau et une petite écharpe. Oui, frileux, et alors ? Le lieu du mini concert n'était pas trop loin de mon quartier, puis la marche ça réchauffe, à ce qu'on dit. Fermant la porte de mon appartement, j'enroulai l'écharpe autour de mon cou, puis enfoui mes mains au fonds des poches de mon manteau. Pour finalement pouvoir placer une cigarette entre mes lèvres. C'était la petite dose de chaleur pour la soirée. Soirée, qui, je ne savais même pas à quelle heure pourrait se terminer en fait. Je l'allumai alors, première bouffée de nicotine et déjà la chaleur se répandait facilement et rapidement dans mon corps. Ca faisait pas le même effet qu'une bonne douche chaude, mais c'était déjà ça. Bref, le trajet se passa, de manière presque machinale, je savais où j'allais sans même regarder où j'allais, en tout cas, sans y faire attention.

Ceci dit, je pensais tout de même que j'avais trainé en route, ou alors que c'était pour me préparé que j'avais été particulièrement long. J'arrivai sur le lieu-dit, et des gens se précipitaient vers la scène disant que c'était la dernière chanson du concert. Flûte alors ! Je m'appuyai à un arbre, regardant de loin ce qu'il se passait sur la scène. C'était une jeune femme qui s'était avancée sur l'estrade, je souris. La guitare se mit à jouer, ce fut alors au tour des cordes vocales de la chanteuse de jouer. J'en fut surpris, non seulement la chanson me disait quelque chose, mais sa voix aussi. J'adhérai complètement à ses vocalises. Je m'avançai un peu plus de la scène, pour mieux écouter et apprécier. Je ne pouvais pas réellement traduire ce que je ressentais à ce moment précis, c'était juste... Wouhaw. Ce petit bout de femme nous emmenait loin. Elle devait pas être plus âgée que moi, et de loin, plutôt jolie. La chanson se termina, j'en restai médusé, l'applaudissant toute fois. Elle avait l'air vraiment gentille en plus, et surtout patiente, parce que au lieu de partir comme l'auraient fait les autres artistes, elle était rester pour signer des autographes à ses fans. Je trouvais que c'était mignon. En tout cas, ce qui était certain, c'était qu'il fallait que je lui parle. Je fis alors le tour de la scène, voulant me retrouver à l'entrée des coulisses, sans me douter que deux dobermans m'attendaient.

Je me mis à leur expliquer qu'il fallait que j'entre pour parler à la demoiselle, ceci dit ils n'étaient pas du tout coopératifs. La zone était réservée pour le staff et les artistes. Non sans blagues !? Les bras croisés, la tête haute, leurs bras qui faisaient la taille de mes cuisses, si l'un des deux s'était mis à zozoter je sentais bien que le fou rire allait percer. Je me mis à sourire, sans vraiment m'en rendre compte en fait.

    "Vous vous payez ma tête c'est ça ?"


La phrase m'avais assez surpris en fait. Impossible de me sortir le son du zozotement dans sa phrase, alors qu'il n'était pas atteint. Il fallait que je me ressaisisse. L'imagination me faisait défaut ce soir ! Il fallait que je lui explique bien mes intentions. Quelle horreur.

    "Bon, écoutez, je souhaiterai seulement parler à cette jeune femme. M'entretenir avec elle quoi. Vous inquiétez pas, je ne vais pas l'enlever pour la violer hein ! C'est pas mon genre, et je suis pas célibataire, alors à quoi bon ? - En voyant leur tête je me disais bien que j'avais dit un truc qui fallait pas. - Je ne suis pas une groupie messieurs ! C'est pas possible, si on peut plus parler avec les artistes, mais où va le monde bon sang !"


Etais-je bon acteur ? Je levai les bras au ciel, plein de désespoir. Ou pas. Je croisai le regard de la demoiselle en question, qui s'avança finalement. Mais quelle chance ! Enfin ! Les vigiles échangèrent quelques mots avec la jeune femme, puis elle les poussa, me tendant sa main, me demandant en quoi elle pouvait m'être utile. Je lui offris un large sourire, avant de prendre doucement sa main. Je l'attirais alors à moi, également en douceur. Ma pointe d'humour ne les amusa pas du tout.

    "Je ne vais pas la kidnapper, c'est juste que je n'aime pas les oreilles baladeuses."


Je leurs jetais un faux regard noir avant de sourire de nouveau à la belle. Je fis quelques pas en arrière avant de lâcher sa main. Je lui annonçai alors que j'adhérais totalement à ce qu'elle faisait, lui disant que c'était tout simplement génial. Ceci dit, je ne pu m'empêcher de lui demander son nom, ne la connaissant en fait pas du tout. Ensuite je lui demandais depuis combien de temps elle chantait. Je penchai la tête sur le côté, me pinçant les lèvres. Avais-je été trop brusque ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Invité
Invité




MessageSujet: Re: « Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.   Sam 3 Déc - 0:36



Ses yeux. C’est la première chose qu’elle remarqua. D’un vert pistache particulièrement élégant, il aspirait votre intention. Et dessina par la même occasion un sourire niais sur le visage de Mai. Notre petite chanteuse qui devait faire deux têtes de moins que le jeune homme en question. Quand il se saisit de sa main, elle eut les joues rouges, et esquissa une grimace gênée. C’est vrai que, quand on vous prend au dépourvu, la situation est quelque peu … Embarrassante. Mais qu’importe. Il l’attira doucement vers elle, et elle eut un léger regard vers les deux gorilles en costard. Histoire de leur dire « gardez quand même un œil sur lui ». Même si elle était ceinture noire de karaté, elle pouvait s’attendre à tout de la part d’un inconnu. Pourtant, celui-ci semblait inoffensif. En clair, elle s’approcha un peu de lui, lâchant rapidement sa main avant que cela ne devienne trop suspect, et lui adressa un petit sourire.

Il laissa de même sa main retomber, et Mai ne s’attarda pas à mettre ses mains à un endroit où … Elle pourrait les savoir sauves. Oui, elle était un peu niaise avec les garçons, et se sentait toujours … Un peu contrariée des situations trop proches. Son sourire était intéressant, quelque peu attirant. Bon, d’accord, la chanteuse était un peu cœur d’artichaut, mais il fallait se rendre à l’évidence : ce gars-là était loin d’être dégueulasse. Bref, elle se plaça à sa droite, et soupira, pas d’ennui, mais plutôt de … soulagement, que les deux géants ne l’aient pas retenue. Parce que Bob, son garde du corps habituel, n’était pas venu parce que justement, il y avait déjà un personnel de sécurité sur place. Bon, c’était aussi parce qu’il devait garder ses enfants, mais ça c’était autre chose … Donc elle s’éloigna un peu, incitant le jeune homme à en faire de même. Souriante, toujours, les mains dans son gilet un peu trop grand pour elle, elle regarda le ciel.

Parlons-en, de sa tenue, d’ailleurs ! Elle avait opté pour quelque chose de simple : un pull crème en laine, plutôt épais, un t-shirt marin au col en V descendant en haut de sa poitrine, trop peu pour dévoiler ne serait-ce qu’une petite parcelle de sa peau, assez moulant cependant pour dévoiler ses formes. Un pantalon en jean bleu délavé, serré, un peu déchiré, et des chaussures crèmes ouvertes, qui lui donnait un faux-air de Ke$ha. Même si les maquilleuses et les coiffeuses avaient passé un certain temps à la rendre la plus impeccable possible, elle restait simple dans son look, mais elle n’en était pas moins élégante. Les yeux rivés sur les quelques étoiles qui apparaissaient par-delà les nuages, naturels ou de pollution, qui survolaient Tokyo, elle apprécia le silence qui régnait. Même si ses oreilles étaient encore endolories par les cris et la musique. Elle soupira à nouveau, s’étirant légèrement, dos au jeune garçon, auquel elle n’avait pas adressé la parole depuis que les vigiles étaient hors de vue.

    « Belle nuit, n’est-ce-pas ? »


Elle se retourna vers l’inconnu, un petit sourire enfantin aux lèvres. Les rues se vidaient, peu à peu, et se faisaient plus calmes et plus romantiques. Romantiques ?! Mai eut un petit sentiment de gêne en pensant à ça. Elle regarda le garçon, puis détourna le regard sur un autre point. Mignon comme il était, il devait avoir une petite amie … Rhaa, mais pourquoi pensait-elle à ça ! La petite bonne femme secoua la tête et essaya de penser à ça. Son regard se reporta sur l’étranger, et elle se gratta discrètement l’arrière de la tête.

    « Hum … Sinon, vous étiez venu me parler ? »


Pour en revenir discrètement et rapidement au sujet initial et éviter de s’égarer dans ses pensées les plus étranges et les plus inavouées, elle se balança légèrement d’avant en arrière, avant de s’asseoir sur une barrière qui délimitait la place où se tenait le concert et le reste de la rue piétonne où les boîtes de nuit, au loin, faisaient un raffut pas possible. Elle se souvint alors de la première fois où elle avait été en boîte de nuit. Son père était furieux, c’était il y a quelques années de cela. Une fois qu’elle avait vu quel genre d’endroit c’était, elle s’était jurée de plus y retourner. Mais, en jetant un coup d’œil dans la rue et en voyant les groupes d’amis qui s’y engouffraient, elle eut un sourire triste. Malgré sa popularité grandissante, elle n’avait pas de bon groupe d’amis avec qui passer du bon temps, s’amuser, bref, se changer les idées. Non, elle restait là, à se morfondre sur le décès trop récent de son père.

Alors que ça allait bientôt faire un an qu’il avait quitté ce monde, et qu’il fallait bien qu’elle l’accepte, tôt ou tard. Mais vu comment cela était parti, ça serait plus tard que tôt. Elle se concentra sur son interlocuteur, et lui sourit plus gaiement.

    « Je ne connais même pas votre prénom … A qui ai-je l’honneur ? »


Elle affichait un sourire radieux en direction du jeune homme en question, tandis que ses jambes se balançaient dans le vide, posée là, comme une plume, sur cette barrière en fer, comme celles que l’on trouvait un peu partout dans Tokyo. Il n’y avait pas à dire, c’était une grande ville. Et on la redécouvrait chaque [color=#f34d76]jour. Ainsi que ses occupants. Qui sait, peut-être que la jeune femme se fera un ami ce soir ? Car il avait l’air d’être intéressé par sa musique. A moins que son unique intérêt soit de la draguer, elle et son petit mètre soixante. Ah, la revoilà en train de penser à ça. Désespérée amoureusement, Mai ? Non … Juste seule, effroyablement seule. Alors, elle était prête à prendre le risque de parler à des inconnus pour se sentir un peu moins esseulée. D’ailleurs, elle y repensait mais … Elle avait laissé ce chanteur orgueilleux, tout à l’heure. Qu’importe, il a bien dû trouver un pigeon sur qui cracher toute sa gloire. Très peu pour la chanteuse, qui se contentait de gens normaux. Mais pas moins laids que le commun des mortels … N’est-ce-pas ?
Revenir en haut Aller en bas


SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Chanson & chocolat chaud » PV. Sei Orihara.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: R o p p o n g i ー 六本木-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit