AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Dream Fire, Dream Money



 
LA V2 EST ENFIN LA..HIP HIP HIP HOURRA ♪(ノ´∀`*)ノ DE NOUVELLES SURPRISES VOUS ATTENDENT. ~

Partagez | 
 

 Dream Fire, Dream Money

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Akira Kagawa
DARKER THAN BLACK.
DARKER THAN BLACK.

▌Petits Mensonges : 2
▌Music : Sadie - Dress



MessageSujet: Dream Fire, Dream Money   Lun 12 Déc - 1:14

Hold 'em Like They Do in Texas Plays...




The Hot Issue


F e a t : Akira Kagawa
NOM - Kagawa
PRÉNOM - Akira
ÂGE - 28 ans
DATE DE NAISSANCE - 27.05
PROFESSION - Ingénieur pyrotechnicien
QUARTIER DE RÉSIDENCE - Sendagaya
GROUPE - Yakuza
Let You Speechless





The Geek Inside

PSEUDO – Hoka’
ÂGE – 18ans
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? – Par Toshiro
DES SUGGESTIONS ? – Corriger les quelques fautes dans le contexte ?
LE CODE – {KANONISED}

Sweet Dreams


VOTRE AVATAR SUR FRENESIS
PSEUDO - N’a pas de personnage sur Frenesis.
CLASSE - None.
ARME - None.

PRESQUE MOI





Could We Fix You If You Broke ?



The Very Bad Reputation

Un ciel nocturne. Si noir, si vaste, dont les étoiles sont autant de lumières que des vecteurs d’espoir. Voilà comment pourrait-on retranscrire en une poétique métaphore le caractère fort surprenant de ce cher Akira. Aussi insondable que la plus lointaine galaxie, jamais ne saura-t-on ce qu’il pense réellement, malgré cette honnêteté plus que douteuse qu’il semble jouer. En timide personnage qu’il est, son crédo pourrait être : « la parole est d’argent, le silence est d’or », mais lui préfère simplement la formule « muet comme une tombe » , allez savoir pourquoi. Distant envers toute personne qu’il ne connaît pas ou peu, il n’en reste pour autant pas moins courtois et poli, trop même. Et charmeur, s’il en sent l’utilité. Un autre beau parler, rien de plus. Une langue habile, un esprit vif et adroit, bien que sans la moindre malice et sans une once de manipulation. Etrangement, on dira que le vice est absent chez lui. Droit dans ses bottes, droit tout court, en fait. Une ligne de conduite, suivie au pied de la lettre. Voilà ce que l’on pourrait dire de lui à la première discussion, s’il consent toutefois à vous adresser la parole, ce qui, au passage, serait pas un exploit, mais presque. Loin de pouvoir le définir comme agréable ou pas, il n’en demeure pas moins un compagnon plaisant, avec la blague facile –pas toujours de bon goût, d’ailleurs- et les sujets de discussion aussi variés que le spectre des couleurs. Il suffit de briser la glace, en quelques sortes, d’attendre que le jour se lève. Il apparait alors dans ses brillants atours. Intelligent –sachant utiliser ses capacités pour être tout à fait exacte, ce qui peut être preuve d’intelligence, au sens large-, fier et non sans une once d’orgueil. Il paraît presque tel un personnage d’un charme et d’une prestance peu commune, quand ce sont ces facettes-ci de sa personnalité qui luisent. Quand la nuit retombe sur son cœur pourtant, on retrouve son caractère désabusé. Radin au possible, et d’une flemme quasiment contagieuse, il ne parvient même pas à cacher son plus irritant défaut : l’arrogance. Son seul paradoxe, la timidité envers les inconnus, et pourtant une manière de les considérer de si haut, et de les voir aussi bas. A cheval entre le non fréquentable, l’irritable et l’agréable, son caractère reste un mystère pour ses proches autant que pour lui, d’autant plus qu’il n’a jamais fait le moindre effort pour le dissimuler ou même simplement pour se corriger ne serait-ce qu’un tant soit peu. Préférant le rôle passif d’observateur à celui d’acteur, son sens de l’observation dû à une curiosité marquée lui offre parfois quelques informations intéressantes, mais souvent oubliées, au profit d’autres bien plus juteuses. Roublard, il ne rechignera jamais sur un quelconque bénéfice, bien qu’en personnage faussement honnête qu’il est, jamais il ne demandera trop. « On ne trait jamais la vache à outrance », selon une autre de ses formules. On peut également ajouter quelques détails amusants, comme par exemple un côté méticuleux, soigneux et presque pinailleur sur certains points. On remarquera une manière de déduire des choses et mener des raisonnements avec une démarche toute mathématique : si a implique b, alors b est conséquence de a. Si non conduit à non b, alors b peut-être un fait externe. Si a donne b, la réciproque n’est pas forcément véridique.
Enfin, quelques faits intéressants, faute de savoir réellement ou les rapporter. Contrairement à beaucoup de japonais, Akira parle parfaitement bien l’anglais, d’un point de vue grammatical et syntaxique, son accent japonais étant discret, mais bel et bien présent. Plus étonnant par contre, il parle également espagnol, à cause d’une amie d’enfance venant d’Andalousie, non loin de Séville et chinois –mandarin et cantonais-. Il aime également la lecture et la musique, en particulier les auteurs chinois (Confucius et Lao Tseu).


INDISCRÉTIONS



DIRTY LITTLE SECRET - Croit aux fantômes et en la réincarnation
SEXUAL ORIENTATION - Hétérosexuel
PROJECT - Vivre sans regrets ni remords.
DREAM - Tout le monde à un rêve qu'il soit ambitieux ou modeste. Il est temps d'avouer le votre ici.
ALWAYS CLOSE - Un petit symbole religieux, obtenu en Chine. Depuis, il le porte toujours dans une poche, quelques fois autour du cou, accroché à une petite chaîne en argent de mauvaise manufacture, mais à laquelle il s'est attachée et qu'il refuse de remplacer.
QUOTE -
"Ce qui est incomplet devient entier.
Ce qui est courbé devient droit.
Ce qui est creux devient plein.
Ce qui est usé devient neuf.
Avec peu (de désirs) on acquiert le Tao ; avec beaucoup (de désirs) on s'égare.
"
Lao-Tseu, Tao-Tö King, -12-

BANG BANG: Beautiful & Dirty Rich

Un grand homme avançait, dans une rue abondamment peuplée. Il dépassait la foule d’une bonne demi-tête, ce qui était surprenant, au vu de sa nationalité japonaise évidente. Culminer à une vingtaine de centimètres de plus que la moyenne était vu comme grand, dans l’Empire du soleil levant, même si cette taille était bien habituelle en occident. Finalement, cet homme n’était pas comme les autres. Malgré le froid mordant de l’hiver, il ne portait pas de bonnet, et dévoilait ses cheveux décolorés d’une couleur argentée qui aurait fait pâlir n’importe quelle pleine lune. Avec le visage dissimulé par une épaisse écharpe censée épargner à son épiderme le contact glacial du vent, on pouvait deviner une face mince, dont le teint était pâle, presque autant que ses cheveux. Sans pour autant pour en dire qu’elle était belle, elle était empreinte d’un certain charme, il fallait bien l’avouer, et ce, même si elle n’avait rien de bien extraordinaire, avouons-le. Avec une certaine élégance, il se déplaçait parmi la dense foule. Une économie de mouvement extrême transpirait, puisque si un geste était inutile, il n’était pas fait. Par exemple, s’il se dirigeait droit vers quelqu’un, il attendait le dernier moment avant de s’écarter quelque peu, pourquoi diable changer de trajectoire si le vis-à-vis le faisait aussi ?
Son nez était étroit, dont l’extrémité était cachée par l’écharpe à carreaux qui entourait son cou et le bas de son visage. Sa bouche, elle aussi cachée, aurait montré un éternel demi-sourire, empli d’un cynisme faux. Ses yeux, systématiquement à demi clos, et très expressifs, balayaient la foule, comme ils en avaient l’habitude. Car oui, cet homme avait une gestuelle qui respirait l’habitude et la confiance en soi, à l’excès même. Son corps, élancé, le faisait paraître encore plus grand qu’il ne l’était, et son morphotype nippon le rendait réellement longiligne. Quand il tourna la tête, brusquement, ses cheveux dansèrent devant ses yeux, avant de s’immobiliser à nouveau, laissant la neige se déposer dessus, sans qu’on puisse l’apercevoir sur la teinte d’argent des cheveux. Il retira sa main d’une des profondes poches de son manteau, un téléphone délicatement saisi, afin d’en consulter l’écran. La main, fine avec de longs doigts minces également, n’avait rien d’une main d’un ouvrier « manuel », elle semblait celle d’un scribe, avec assurément la précision de celui-ci. Soudain, il repéra ce qu’il cherchait, et ses yeux, d’un marron rougeoyant, quasiment acajou, s’ouvrirent enfin totalement. Il fixa longtemps ce qu’il avait tenté d’apercevoir auparavant, un sourire entier fendant sa face mince en deux parties, dévoilant des dents parfaitement arrangées et d’une blancheur immaculée. Si on s’était approché suffisamment, on aurait même pu deviner l’haleine légèrement mentholée, trace d’un bonbon abondamment sucé dans l’heure précédente. Puis, reprenant à nouveau sa traditionnelle expression, il renfonça son visage dans le couvert de l’écharpe et continua son chemin.
Quelques autres détails non-visibles au premier abord : Akira est tatoué, tout son bras gauche n’est qu’un tatouage unique allant de la clavicule au poignet. Le motif est très abstrait, mais on y reconnaît entre autre un serpent se mordant la queue, le mot « UROBOROS » et enfin plusieurs symboles taoïstes. Autrement, il a les deux oreilles percées, la gauche cinq fois, la droite trois, mais ne porte que rarement quelque chose. Enfin, au niveau de l’aine, Akira a une cicatrice ronde, d’environ un pouce de diamètre, le stigmate d’une balle de pistolet venue mordre dans sa chaire.





Popped My Heart On My Bubble Dreams...



The Story Of Morning Glory


Certains croient au hasard, d’autres au destin, certains au deux, les dernies à aucun. Pourtant, force est de constater que quoi qu’il en soit, il est possible de justifier les actes de quelqu’un et de les expliquer avec l’un ou l’autre.
Pourtant, quand Akira n’était âgé que d’une petite dizaine d’années, jamais il ne lui serait venu à l’esprit de devenir un jour yakuza. Oh non ! Au grand jamais. Et pourtant, jamais il ne faut dire jamais…
La vie fait néanmoins bien les choses. Racketter les petits camarades, enfin, participer à des vols, plus exactement. C’était son lot quotidien, au collège. Déjà à l’époque, sa relation avec l’argent était particulière. Il ne le dépensait pas, mais réinvestissait quasiment instantanément, et, plus curieusement, rendait toujours la somme volée quelques mois plus tard, avec un léger intérêt, comme si son éducation lui hurlait d’être droit et honnête. Pour être plus exacte, c’était un personnage totalement incompréhensible, autant pour sa famille que pour ceux qui prétendaient être ses amis. Lui n’avait pourtant jamais considéré avoir des amis, et traitait sa famille avec la même indifférence, bien que ses parents soient si fiers de lui, de ses notes excellentes à l’école. Studieux et sérieux, il n’était jamais pris à faire la moindre bêtise, simplement parce qu’il n’était jamais attrapé la main dans le sac. C’était aussi facile que ça. Agir, dissimuler le méfait, et fuir.
Il intégra l’une des plus prestigieuses universités du pays, avec une bourse gagnée au passage, et acheva ses études sans accroc, mais sans se distinguer réellement pour autant. Avec sa licence de pyrotechnie en poche, il voyagea beaucoup, apprenant l’anglais. En Chine, il perfectionna son art de la pyrotechnie ainsi que sa maîtrise du mandarin et du cantonais. Surtout, n’étant qu’un diplômé sans travail et voyageant un peu partout, il apprit à gérer son argent mieux que quiconque, à obtenir dix yens en n’en ayant gagné que quatre. A Hong-Honk, il lui fut enseigné l’art de falsifier la monnaie et à Shanghai celui de fausser les déclarations d’impôts. Même-si c’était un domaine fort opposé à celui de ses études, force était de reconnaître qu’il avait un talent certain dans les transactions monétaires, ce que certains tentèrent d’expliquer par son caractère cupide.
Fort logiquement, sa réputation l’ayant précédée, son retour au Japon ne se passa pas dans l’anonymat, puisqu’il fut rapidement abordé par plusieurs organisations désireuses d’obtenir ses services. Paradoxalement, Akira disparut quelques jours, usant de sa ruse pour s’effacer du monde l’espace d’une courte semaine. Puis, quand il revint, il était considéré comme un Yakuza…






Dernière édition par Akira Kagawa le Lun 12 Déc - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Hiro Tanaka
HEART MIND & SOUL.
HEART MIND & SOUL.

▌Petits Mensonges : 64
▌Quotes : Gromph

Got a Secret ;
■Pseudo : Kuroneko
■Classe Sur Frenesis: Stalker



Got a Secret ;
■Pseudo : Kuroneko
■Classe Sur Frenesis: Stalker

MessageSujet: Re: Dream Fire, Dream Money   Lun 12 Déc - 1:29

Bienvenue encore une fois. ^^
Après lecture de ta fiche je trouve rien à redire, clair et complet, pas de faute qui me donne envie de convulser. Il y a bien deux mentions pas annotées mais je vais pas te hurler dessus pour les remplir, songe y juste un jour, elles ne sont pas que là pour la déco. ^^

Bref, je pré-valide en attendant un admin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dream Fire, Dream Money

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Show Me Your Teeth :: Dawn Of Your New Life :: Yakuza ー 極道-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit