AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hikaru Kishikiori



 
LA V2 EST ENFIN LA..HIP HIP HIP HOURRA ♪(ノ´∀`*)ノ DE NOUVELLES SURPRISES VOUS ATTENDENT. ~

Partagez | 
 

 Hikaru Kishikiori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Hikaru KishiKiori

▌Petits Mensonges : 1



MessageSujet: Hikaru Kishikiori   Jeu 15 Déc - 23:00

Hold 'em Like They Do in Texas Plays...




The Hot Issue


F e a t : Watase Sanetoshi
NOM - Kishikiori
PRÉNOM - Hikaru
ÂGE - 19 ans
DATE DE NAISSANCE - Le 26 mai
PROFESSION - Prostitué
QUARTIER DE RÉSIDENCE - Nihonbashi
GROUPE - Tokyoïtes

Let You Speechless





The Geek Inside

PSEUDO - Mouton
ÂGE - 17 ans
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? - En cherchant
DES SUGGESTIONS ? - Non, très beau ^^
LE CODE -

Sweet Dreams


VOTRE AVATAR SUR FRENESIS
PSEUDO - Felicity
CLASSE - Saltimbanque
ARME - Un fouet~

PRESQUE MOI (donnez-nous autant de détails que possibles ~)





Could We Fix You If You Broke ?



The Very Bad Reputation

(caractère: 12 lignes minimum)


INDISCRÉTIONS



DIRTY LITTLE SECRET - Il a bien évidemment plusieurs secrets qu'il serait prêt à défendre au prix de sa vie. Envers ses clients, jamais il ne parlera de son petit frère, même sous la torture de peur qu'on lui tend une main vicieuse à son tour. Jamais au grand jamais il ne laisserait son jeune frère aller dans une telle situation.
SEXUAL ORIENTATION - Il est presque certain que vous pouvez arriver à le deviner juste à voir son petit visage d'ange. Sans aucun doute homosexuel. Il est si féminin que je n'oserais jamais le classer dans bisexuel, ce serait donner de faux espoir.
PROJECT - Me défaire de ma plus grande peur
DREAM - Devenir mannequin
ALWAYS CLOSE -
QUOTE - Tomber est toujours pour mieux se relever.

BANG BANG: Beautiful & Dirty Rich

Pour commencer, Hikaru est comme on peut déjà le constater très efféminé. Quand on le regard, on n'y voit aucune virilité mise à part bien évidemment son sexe. En fait, Hikaru est du genre à se faire appeler mademoiselle par accident très souvent. Les gens se sentent alors mal, mais il y est très habitué et ne se plaint pas. D'abord, son visage a des traits très fins, tout en rondeur, rien de carré. Il possède d'ailleurs de longs cils qu'il tient de sa mère, on pourrait presque croire qu'il met du masquera alors que jamais au grand jamais il ne porterait du maquillage. Il se trouve féminin, mais pas autant que ça. De toute manière, il s'aime bien comme il est. Plusieurs lui dise qu'il a une peau de porcelaine ce qui attire beaucoup la clientèle. Hikaru possède le don de faire tourner les têtes et d'être admiré par tous ses partenaires. Ils aiment tous ses cheveux et Hika ne dira pas le contraire. Il les aime aussi. Ses cheveux roses bonbons sont toujours soyeux et étincellants, mais quand il ne travaille pas, il préfère les couvrir d'un chapeau quelconque, en temps froid d'une tuque en laine ivoire. Restant dans le même contexte, Hikaru se fait les sourcils et heureusement n'a presque sinon aucune pillosité. Il avait été voir le médecin pour ça, mais ce n'était pas un problème, il était juste comme ça et c'était satisfaisant. Changement de propos, il n'a évidemment pas une goût de gras sous la peau. Homura lui reproche même de ne pas manger assez. Pas qu'il est maigre, pas à ce point, mais il n'a sûrement pas la largeur d'une armoire à glace. Sa carrure est plutôt fragile et délicate, une autre raison pour laquelle on le confond souvent pour une femme.

Côté vestimentaire, Hikaru apprécie bien le confortable. Lorsqu'il ne travaille pas, il va souvent obter pour un simple jean ajusté ou non. Sinon, il adore les chemises. S'il pouvait, il ne porterait que ça, sa préférée est blanche lignée de violet. Pour ce qui est d'artifices, son manteau quotidien en ces temps plutôt frisquet est long se terminant à ses genoux de couleur ivoire, comme sa tuque fétiche. Il peut se permettre un tel manteau sans avoir l'air petit, car il est assez grand, sûrement de son père américain. Quand il sort avec des clients, il est porté à s'habiller de manière plus chic, mais restant au goût de son client. Chemise ou non, cheveux attachés ou non. Le premier rendez-vous est toujours à l'aveuglette, mais pour ce qui est régulier, Hikaru sait comment s'habiller pour plaire.





Popped My Heart On My Bubble Dreams...



The Story Of Morning Glory

Je suis né un 26 mai, une journée des plus banal. Il faisait beau, aucun nuage en vue, bon signe. 9 mois avant cet naissance, ma mère couchait avec un américain qu'elle avait rencontré dans un café du Times Square. Elle était aller aux États-Unis avec une amie pour un petit voyage ayant pour but de s'amuser, de relaxer après tout ce temps à étudier à l'université. Elles s'étaient bien amusées jouant les touristes, s'invitant à certaines fêtes en jouant de leur charme. Elles avaient du bon temps. Ma mère connu cet homme élégant, qu'elle m'a toujours décrit comme timide bien qu'imposant dans son veston, cravate. Ils se sont vus les cinq derniers jours de vacances, jusqu'à la dernière minute. D'ailleurs, c'est la veille de son départ que ma mère eut cette relation charnelle à l'origine de mon existence et dernière chose qu'elle sut ? Ce n'est qu'à son retour en terre nippone, deux semaines plus tard, qu'elle sut. Un petit être sommeillait dans son ventre attendant patiemment le jour où il verrait la lumière. Jamais l'homme en question ne le sut. De toute manière, pour ma mère, ça n'avait toujours été qu'une aventure. Toutefois, la nouvelle la fit bondir de joie. Elle l'annonça à ses plus proches amis et à sa famille qui furent tous aussi content bien que certaines personnes, plus traditionnelles, n'étaient pas tout à fait d'accord avec le fait d'élever un enfant sans homme à ses côtés.

Néanmoins, je découvris le monde après une heure de contractions et une demi-heure de pure douleur. Malgré la sueur et la souffrance, ma mère me sourit. Elle avait été si rayonnante à ce moment. Supposément qu'une infirmière dû la disputer pour qu'elle me lâche. Bref, j'étais aimé dès mes premières secondes. Tout le monde était content.

Bébé, ma mère m'avait déjà raconté que j'étais un petit démon. Je rampais partout, pleurais la nuit et faisais des crises parfois pour rien. Heureusement, mon comportement changea rapidement. Sûr, dès que je su marcher... eh bien je courais partout ! Mais j'étais devenu plus calme, au moins. J'étais devenu l'être le plus curieux qui soit. Mes premiers mots furent: "Quoi ?" en pointant un oiseau qui s'était posé sur le bord de la fenêtre. Ma relation avec ma mère était très solide, je n'ai toujours eu qu'elle. C'était les leçons de morale et de vie pendant le jour, un film à la télé le soir, une histoire avant d'aller dormir. On dansait dans le salon, jouait au parc, faisait même le dîner ensemble parfois. Nous étions inséparable. C'est sans doute pour cette raison que ma mère voulu agrandir notre petit cercle de bonheur.

Elle y avait pensé, mais ça lui pris deux ans avant de se décidé. C'est à mes cinq ans qu'elle décida de se faire inséminer. Encore une fois, elle ne ressentait pas le besoin d'avoir un homme à ses côtés, elle se sentait en confiance. J'ai été content d'apprendre la nouvelle, mais j'avais été blessé d'apprendre que je n'avais toujours pas de père, car malgré tous les efforts et la bonne relation avec ma mère, je ressentais un vide. Déjà petit j'avais pris conscience de ce vide. J'étais jaloux de la présence masculine dans la vie de mes camarades de classe. Ça devint la cause d'un retour au mauvais comportement. Je me battais avec les autres, je refusais de faire mes devoirs, je criais à ma mère et j'ai même tenté de faire un fugue. Ma mère compris rapidement où se situait le problème et tenta d'y remédier en sortant un peu plus, mais elle n'avait jamais vraiment eu la tête a être en couple. Toutefois, elle demandait souvent à son ami Han de venir me voir à la maison. Ça a pris un moment avant qu'il m'apprivoise, mais je finis par bien l'aimer et rapidement, il devint mon modèle masculin. Jamais je ne l'ai appeler papa, mais je faisais tout pour avoir son attention. Ainsi, ma vie avait trouvé un certain équilibre.

Mon petit frère, Toboe, fut né le 10 janvier. Il y avait eut une grosse tempête dehors avec beaucoup de vent et ce fut tout une aventure se rendre à l'hôpital. Han resta avec moi en dehors de la chambre. Je me rappel à quel point nous étions stressés et inconfortable. C'était dur entendre sa mère crier de douleur et ne rien pouvoir faire pour l'aider, je crois que c'était les mêmes pensées de mon modèle paternel.

Moi et Toboe, on s'entendait plutôt bien, la plupart du temps. Comme d'habitude, c'était pas toujours la joie. Des crises de jalousie parce que l'autre avait plus d'attention, de jouets, de bisous, ce genre de truc. Il y avait aussi quand, vers mes 11-12 ans, je voulais paraître détaché et mon p'tit frère me suivait partout. Je venais frustré contre lui parce que je le voulais pas l'avoir dans les pattes.

Hell, It all begin here


Jusqu'ici, tout allait bien dans ma vie. C'est après que ça se gâte. Vers la fin de mes 12 ans, peut-être un mois avant ma fête d'anniversaire, j'ai compris pendant un cours de sexualité improvisé par le professeur que j'étais peut-être plus attiré par les hommes que par les femmes. En réalité, pas que tout était clair dans ma tête, mais j'avais de fort doute. Il y avait eu quelques signes que j'avais décrypté. Je n'avais jamais eu de petite copine bien que j'avais eu une ou deux timides déclarations et je sentais souvent mon coeur battre vite lorsqu'un camarade me frôlait peau à peau. D'ailleurs, dans les vestiaires, avant un cours de sport, j'allais toujours me changer dans une toilette parce que j'étais vraiment trop gêné devant les autres et je rougissais à rien devant leur nudité.

C'était la première fois que je doutais de mon orientation sexuel et ça m'avait fait un choc. Ça me trottait souvent dans la tête et j'ai finis par faire comme un autre avait fait. Peut-être était-ce juste une rumeur, mais je tenta ma chance. C'était simple: aller sur un site web d'adultes et voir dans la section en question. Comme je m'y attendais, je passa le test haut la main, si je pouvais dire...

Je ne tomba pas vraiment amoureux, du moins je n'ai jamais cru. Pour moi, tombé amoureux, c'était quelque chose de gros. Pas un peut-être, ni un je crois. Pour moi, aimer quelqu'un, c'était clair et c'était sans y réfléchir. Bien que je cru être attiré par un ou deux mecs qui on croisé mon chemin, je n'ai pas eu plus que ça. J'ai déjà eu mon premier baiser par contre ! C'était avec un ami, Mana. C'était timide et plutôt chaste: un baiser du bout des lèvres. Nous étions tellement gêné après qu'on s'est dit au revoir avant de courser jusqu'à notre chez nous. Aujourd'hui je trouve ça mignon et amusant, mais sur le coup j'avais senti que mon coeur allait explosé. D'ailleurs, c'est depuis ce jour qui a un peu fait ce que je suis. J'étais plus confiant dans mes relations avec les gens et j'avais moins peur de sortir du placard. Je l'ai fais avec ma mère d'une drôle de façon. J'avais teint mes cheveux bruns en rose ce qui avait presque donner une crise cardiaque à ma chère maman. C'était amusant de la voir comme ça. Au début, elle fut surprise et hésitante face à ce que je lui avais annoncé, puis elle finit par accepter ce fait. Toboe accepta tout sur le champ, trouvant même super beau ce que j'avais fait à mes cheveux. Je crois, pourtant, que même si ma mère m'a dit: « Ça te va comme un gant ! » à ce moment, elle ne l'a réellement accepter que plus tard... Lorsqu'elle est tombé malade.

Malgré nos bons rapports avec les autres membres de la famille et amis proches, lorsque ma mère contracta la tuberculose, personnne ne pu nous venir en aide. Au début, je croyais à un simple rhume alors j'obligeais ma maman à se reposer pendant que je prenais soin de Toboe, mais je compris que ce n'étais pas du tout ça quand j'ai trouvé des mouchoirs tâchés de sang. Je l'avais presque engueulé pour ma l'avoir caché, sa réponse fut: "Je ne voulais pas t'inquiéter, Hika." En apprenant ce qu'elle avait réellement, ça m'avait fait l'effet d'un choc nerveux. Je n'avais rien dit à Toboe pour lui éviter de partager ma panique.

Ma mère était presque sur son lit de mort, car on avait découvert bien trop tard. Il fallait l'argent maintenant et personne ne pouvait vraiment nous aider. Han était partit à l'étranger ayant accepter un poste important et la famille n'avait guère de somme aussi grosse. Je vivais l'angoisse la plus totale. Je n'avais toujours eut que ma mère à mes côtés. La perdre était pour moi la fin du monde, de mon monde. Je n'en dormais pas la nuit me réveillant à chaque déplacement de couverture lorsque j'arrivais à reposer mes paupières. Je devais trouver une solution, c'était urgent. J'ai chercher pour des travails honnêtes d'abord, demandant une avance considérable pour pouvoir payer les soins le plus rapidement possible, mais personne n'accepta de me léguer une telle somme. J'étais au fond du barril. J'alla donc dans les quartiers moins bien fréquentés prêt à tout pour me faire le plus d'argent possible en un temps record. Je fus impliqué dans de la vente illégale de stupéfiants et j'ai vendu mon corps une fois. Ça avait été la plus horrible expérience de ma vie. J'en avais même été malade une fois l'échange terminé. Ça avait été ma première fois. À un autre moment de ma vie, j'aurais tout fait pour chérir cette fleur, mais ça n'avait plus d'importance. Je devais sauver ma mère même si je devais y payer de ma vie. J'étais resté dans cette chambre d'hotel quelque peu miteux choqué par ma propre personne, destabilisé par les évènements. L'homme avait quand même laisser une bonne somme, ça avait été productif, alors je recommença.

C'est pendant cette froide soirée de deuxième tentative que je recontra cet homme. Homme que j'avais déjà vu une fois ou deux dans les journeaux ou à la télé. Masato Homura. Il était un grand homme, du genre qu'on ne pense même pas à attaquer, influent, charismatique autant que mystérieusement mauvais. Il avait une réputation moyenne, mais ce que je savais, c'est qu'il était riche. C'est pour cette raison que je l'aborda et lui expliqua la situation. Je lui dis que j'étais vraiment prêt à tout s'il pouvait payer les soins. Aussitôt supplié, aussitôt il m'avait sourit. Il s'était penché vers moi me levant le menton de sa main douce pour m'examiné. Anxieux comme j'étais, je sursauta quand il m'arracha presque ma casquette dans laquelle j'avais caché mes cheveux pour être à l'abris des regards. Les mots qu'il dit alors me marqua à vie: "Tu promets de m'obéir au doigt et à l'oeil, Hana-chan ?"

La suite se passa de manière assez pénible. Il paya les soins comme promis, mais ma mère ne tint pas. Elle décéda moins d'une semaine plus tard et chose que j'avais ignorer jusqu'à ce moment tragique, je n'étais pas orphelin, nous n'étions pas orphelin, nous étions des Homura à présent.


Hana-chan is my first name



Masato Homura, en plus d'être un homme d'affaire très influent, possède un petit réseau d'escortes. Nous sommes 12 ou 13, mais moi et Toboe sommes les seuls qui sont légalement adopté par monsieur Homura. Mon petit frère reste dans l'ignorance et profite simplement du gigantesque loft ainsi que de la présence de Masato. Ce serpent sait plaire au gens quand ça lui arrange et a toujours un bon comportement en présence de Toboe. Je sais que c'est uniquement pour mieux me manipuler, mais tant que mon frère est en santé je ne demande rien de plus.

Aujourd'hui, je suis habitué à mon métier. Je ne pleure plus et je ne suis même plus anxieux à l'idée de rencontrer des clients. Il y en a des biens pires que moi, ça c'était certain. Les hommes payaient très cher pour moi parce que je suis la nouvelle attraction et que je plais à tous. Je suis loin d'être maltraité, car pour que les gens paient si cher pour un service, il faut évidemment que le service soit bon. Homura me surveille de très très prêt. Je dois manger équilibrer, faire de l'exercice, avoir une bonne hygiène et garder mes cheveux roses. Il m'a déjà avoué que ça avait été l'une des raisons pour laquelle il m'avait prit sous son aile. Si un client me frapper, il n'a plus droit au service et je vois directement un médecin. J'ai droit à une journée de répis entre chaque client pour ma santé, mais aussi pour paraître plus demandé. Quand le client pait, je passe minimum cinq heures avec lui. Je sors dans des restaurants, certains m'achètent des bijoux ou autre et le soir, ils ont le droit de me défoncer autant qu'ils veulent. Mon travaille est donc de flatter l'homme, le mettre à l'aise, de me rendre intéressant et aguichant. Toboe a une vie saine, moi, c'est tout ce qui me convient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Hikaru Kishikiori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Show Me Your Teeth-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit