AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Naon Masashi, the unhealthy one.



 
LA V2 EST ENFIN LA..HIP HIP HIP HOURRA ♪(ノ´∀`*)ノ DE NOUVELLES SURPRISES VOUS ATTENDENT. ~

Partagez | 
 

 Naon Masashi, the unhealthy one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Naon Masashi
DARKER THAN BLACK.
DARKER THAN BLACK.

▌Petits Mensonges : 7



MessageSujet: Naon Masashi, the unhealthy one.   Jeu 29 Déc - 9:02

Hold 'em Like They Do in Texas Plays...




The Hot Issue


F e a t : Saitou Hajime
NOM - Masashi
PRÉNOM - Naon
ÂGE - 26 ans
DATE DE NAISSANCE - Premier décembre.
PROFESSION - Écrivain romantique. Mannequin à temps partiel. Gère les comptes illégaux de son oncle.
QUARTIER DE RÉSIDENCE - Quartier chic - Ginza
GROUPE - Le clan des Inagawa.

Let You Speechless





The Geek Inside

PSEUDO - Sorryfire
ÂGE - ///
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? - Hikaru ♥
DES SUGGESTIONS ? - ///
LE CODE - JUNISED

Sweet Dreams


VOTRE AVATAR SUR FRENESIS
PSEUDO - Shirohime.
CLASSE - Acolyte
ARME - Un catalyseur magique sous la forme d'une plume blanche d'une longueur de 35 centimètres ( pour faire honneur à son extravagance et sa main d'écrivain ).

PRESQUE MOI -Naon ne s'est pas permis beaucoup de changements. Il a garder sensiblement la même coiffure - bien qu'elle soit blanche -, ses yeux sont toujours de cette même couleur de pluie étincelante et il porte une étrange cicatrice à son oeil gauche. Il a un visage plus enfantin, triste évocation d'une enfance méprisante. Sinon, son corps reste le même et il porte deux petites ailes blanches dans le dos qui ne servent que de décoration extravagante même si elle bouge par elles-mêmes.





Could We Fix You If You Broke ?



The Very Bad Reputation

Pour commencer, il faut préciser que Naon souffre d'une personnalité pathologique nommée borderline ou '' état limite ''. Cette partie maladive de sa personnalité est caractérisée par un problème de gestion des émotions, une impulsivité, problèmes relationnels, image de soi instable conduisant fréquemment à des conduites autodestructrices ou tout simplement ''sur-émotif''. Cependant, depuis qu'il s'est repris en main quelques années plus tôt, il n'est pas du tout en proie à des crises autodestructrices telle que l'automutilation bien qu'il garde toujours près de lui son petit couteau rétractable.

Après cela, il faut comprendre que Naon a apprit à jouer les solitaires, même s'il est continuellement en quête d'amour qu'il va chercher irrémédiablement par le plaisir de la chair auprès des prostitués ( il s'arrange pour en trouver des ''propres'' ), car il a très peu d'amis et ces connaissances se résume à quelques écrivains de sa maison d'édition et autre personne importantes qui gère sa carrière. Donc, Naon, même en quête maladive d'affection, est froid, un peu distant et surtout il a une peur maladive de faire du mal à quelqu'un, car même aujourd'hui, il lui arrive de faire des crises impulsives qui peuvent souvent mettre les autres autant que lui-même en danger. Seul son frère aîné, son oncle et sa bonne ( qu'il considère comme sa mère ) arrive généralement à le calmer.

Étant le bébé non-désiré d'une famille de 6 garçons, Naon a apprit très jeune à se faire entendre et à quémander l'attention des gens autours de lui. Il ne se gênait pas pour faire toute sorte de crises afin d'avoir se qu'il voulait et lorsqu'il était insatisfait, il le faisait clairement comprendre. Que se soit ses couvertures qui sentaient le moisi ou sa nourriture qui n'était pas comestible, il n'était jamais content, mais il ne le faisait pas nécessairement exprès. Avoir une telle attention malsaine, c'était pour lui recevoir de l'amour même s'il recevait des ondes négatives et des regards méprisants de la plupart du personnel qui étaient presque à ses pieds. De cette vilaine habitude est né un jeune homme de nature capricieuse et encore aujourd'hui, il peut faire l'horreur à sa bonne ou à ses servantes avec un thé trop amer, trop fade, trop chaud ou trop froid.

Naon n'aime pas les femmes autant physiquement que émotionnellement. Il lui arrive même de les mépriser. Ce détachement volontaire de la gente féminine serait né de son mépris et sa rancune envers sa mère qui n'a jamais su l'aimer ou lui faire plaisir et qui avait toujours une remarque désobligeante envers lui. Cependant, n'allez pas croire qu'il veut faire exploser toute les femmes qu'il rencontre, il veut seulement ne pas trop s'en approcher et cela lui cause parfois un malaise lorsqu'il soit se présenter devant ses lecteurs qui sont majoritairement des lectrices.

Ayant une santé fragile, il s'enferme généralement dans sa chambre qui lui sert aussi de bureau en ordonnant de ne le déranger sous aucun prétexte. Dans ces temps-là, on comprend qu'il se met à écrire de manière chevronnée, et ce, en allant souvent jusqu'à l'épuisement. Parfois, il en oublie même de boire et manger durant plusieurs heures ou une journée entière au grand dam de sa bonne qui en prend soin comme s'il était son propre fils.

INDISCRÉTIONS



DIRTY LITTLE SECRET - L'étrange disparition d'une ancienne employée du manoir de son oncle. Sous le coup d'une crise de colère, il l'aurait presque battu à mort si sa bonne ne serait pas intervenue de justesse. Cet évènement à tâchée son esprit d'une terrible honte, encore plus au fait que son oncle à tout fait pour que cette histoire de s'ébruite pas et à payé grassement cette fameuse employée afin qu'elle ne porte pas plainte ou ne colporte pas certaines rumeurs sur son neveu un peu fou.
SEXUAL ORIENTATION - Homosexuel et fier de l'être.
PROJECT - Écrire plus de 250 best-sellers.
DREAM - Avoir une relation de couple stable ou il se sentira pleinement aimé.
ALWAYS CLOSE - Son petit couteau rétractable, un calepin suivit d'un crayon, un stylo et plusieurs souligneurs de couleur différentes ( quand l'inspiration se manifeste ). Son téléphone portable, une écharpe et des gants si le temps se refroidi soudainement, car il n'est pas rare de le voir attraper un rhume dès qu'il a un petit frisson.
QUOTE - Qu'on me laisse tranquille, je travaille!

BANG BANG: Beautiful & Dirty Rich

Du haut de ses 1m82, Naon ne manque pas une occasion de se faire remarquer autant par les hommes que les femmes. Il sait imposer sa présence par son aura pesante ou son sourire des plus charmeurs et il ne se gêne pas d'offrir un peu de son charme si c'est pour avoir ce qu'il désire. Il porte ses cheveux longs foncés et violâtre attachés sur sa nuque lors de conférences, des réunions importantes et le jour, mais il les détache et les laisse tombés négligemment sur ses larges épaules le soir venue ou lors de ses grasses matinées. De nature svelte, il n'est pas très musclés, mais il n'est pas plus dépourvu de muscles, et ce, même s'il est de frêle constitution dû à son manque d'exercice physique et à sa santé fragile. Sa peau est extrêmement pâle puisqu'il ne va pas souvent sous le soleil et si c'est le cas, au cours de l'état, il s'oppose un bon crèmage de la meilleure crème solaire sur le marché. Ces yeux sont de la couleur de la pluie et sont régulièrement soulignés de larges cernes bien noires et ombragés de longs cils noirs. Ses sourcils - souvent arqués vers l'intérieur - se fronce souvent et lui confère une apparence sévère bien qu'au fond de lui, un enfant s'y réfugie toujours.





Popped My Heart On My Bubble Dreams...



The Story Of Morning Glory


C'était un premier décembre, un jour de pluie comme la majorité des premiers décembres précédents. Dans une petite pièce close, une femme hurlait la douleur de la délivrance comme une condamnée après une grossesse difficile de plusieurs et pénibles mois. 42 ans n'était pas un âge pour avoir un bébé, surtout après ces 5 autres grossesses précédentes au cours de son mariage. Ensuite, lorsque la délivrance finale eu lieu, les mots qu'il cria au moment même furent et ils doivent être citer quelque part dans le livre des horreurs: '' Je ne voulais pas de ce bébé! ''

Par la suite de cette naissance douloureuse, la mère refusa de tenir l'enfant dans ses bras ou même de le regarder. S'il aurait pu mourir dès sa naissance, elle en aurait été bien heureuse. Cet enfant, à ses yeux, n'existait pas, il n'était qu'un fardeau. Elle niait son existence et se serait fait une joie de l'étouffer dans son berceau, mais un infanticide n'aurait pas été bien vu même dans cette époque de cruauté et de violence. Après ce douloureux accouchement, il s'ensuivit d'une longue et pénible dépression post-partum, causant ainsi le désarroi du mari, de ses 5 fils plus âgés, de ses amies et autre proches. Jamais elle n'accepta d'avoir le nouveau-né dans ses bras et elle ne l'accepta jamais dans la même pièce qu'elle, c'est à peine s'il y avait tolérance envers son petit dernier. Dans le grand manoir de la famille des Masashi, elle faisait de larges détours pour éviter la petite chambre peinte en bleu pour celui que son mari avait prénommé Naon. C'était un nom peu commun, excentrique, irritable, parfait pour cette chose à laquelle elle avait donné vie.

Malgré cela, Naon grandi. De fragile constitution, il restait souvent alité et sa mère en profitait pour se détendre un peu, ainsi elle n'avait plus à engueuler le bambin lorsqu'il tendait désespérément les mains vers elle. Elle ne voulait pas de lui dans sa vie et niait son existence à tel point que lorsqu'on lui demandait où était passé son dernier, il répondait sans hésitation: '' Qui ça? ''

Naon grandi donc au côté d'une famille le laissant un peu à part, d'un père qui brillait par son absence et des frères trop vieux et trop occupés pour s'attarder à lui donner la moindre attention et sa mère ne pouvait rien lui donner d'autre que du mépris et des mots agrémentés de sel. Une nourrice s'occupa de lui jusqu'au jour où sa mère, Masashi Kanna-sama, renvoya celle-ci en prétextant que la chose dont elle s'occupait était maintenant assez vieux pour se débrouiller seul dans la vie. Naon avait alors 6 ans. Les adieux, à cet âge, sont toujours des plus pénibles. Il y eu des larmes, puis une crise. Naon ne comprenait pourquoi celle qui se comportait comme une mère à son égard prenait ses valises et lui expliquait dans un langage qu'un enfant pouvait comprendre qu'il ne la reverrait plus jamais et qu'il devait se comporter comme un grand. Puis, à mots couvert, elle tentait de lui faire comprendre de rester loin de sa mère. Toutefois, Naon ne comprenait pas, ne comprenait rien et ne comprenait plus. À force de faire sa crise aux côtés de sa mère, celle-ci, n'en pouvant plus, sorti son bâton de bamboo et s'acharna sans pitié contre le gamin de 6 ans. Alerté par les cris prolongés de l'enfant, le frère aîné de Naon, Masashi Lunao se manifesta, arracha le bâton des mains de sa mère malade et le cassa en deux et lui jeta en pleine figure en prenant le petit Naon dans ses bras par la suite. Kanna, offusquée, ne comprenait pas l'affront que venait de lui faire subir son grand garçon et hurla à qui voulait bien l'entendre qu'elle pouvait punir et éléver cette ''chose'' comme bon lui semblait.

À partir de ce jour, Lunao utilisa la majorité de son temps libre pour arracher Naon à la présence malsaine de sa pauvre mère qu'il ne reconnaissait plus en allant se balader dans le parc, jouer dehors, manger des glaces et il lui arrivait même parfois d'arriver à temps et de faire le chemin de retour de l'école avec lui. Toutefois, ces temps libres étaient rares et Naon ne tarda pas de le remarquer. Renfermé, il restait dans sa chambre en faisant le moins de bruit possible, car le simple craquement du plancher faisait en sorte que sa mère entre dans une colère noire. N'ayant pas d'ami et ses autre frère ayant mieux à faire, il jouait en solitaire avec sa maigre pocession de jouets et ceux-ci provenaient surtout de Lunao et de son oncle Masashi Yoki. Naon commença alors à se parler à lui-même, à voix basse bien sûr, mais il se parlait quand même. Autant pour combler le silence oppressant autours de lui que le vide qu'il ressentait dans son coeur. Sa mère ne l'aimait pas et lorsqu'un enfant de 7 ans se rendait compte de cette perspective, cela signifiait que la situation était grave et que son manque d'affection croissait jours après jours.

L'anniversaire de ses 10 ans avait été un énorme choc pour son oncle Yoki qui avait décidé de s'occuper de son dernier neveu pour la journée entière, sachant que sa belle-soeur n'aurait jamais rien prévu pour cet adorable enfant qu'elle appelait sans honte ''la chose''. Assis au bord d'un étang situé au beau milieu d'un parc verdoyant même en décembre, Naon prononça des mots qui resteraient à jamais gravés dans la mémoire de Yoki.

-J'aimerais mourir.

Les mots mirent un temps à s'incruster dans l'esprit de Yoki et lorsqu'il comprit, il resta bouche-bé, comment un enfant de 10 pouvait souhaiter mettre fin à sa vie alors que celle-ci commençait à peine? Il le regardait, cet enfant renfermé et souvent laissé à lui-même balancer innocemment les pieds au-dessus de l'eau en prononçant ces terribles mots qu'il déclarait avec tant de conviction et un ton qui laissait croire qu'il s'agissait de la chose la plus normale de monde! Bien qu'il fut un homme froid, Yoki se mit à pleurer silencieusement et regardait son neveau tristement. Pourquoi cet enfant, pourquoi lui?

-Mère dit souvent que je devrais mourir et Nami-sensei dit que lorsqu'on est gentil et qu'on meurt, on va au paradis et au paradis, c'est le pays du bonheur et de l'amour et tout le monde est heureux.

Le garçon fronça des sourcils.

-Mère dit toujours que je suis vilain alors j'irai pas au paradis, je vais aller en enfer, n'est-ce pas, mon oncle?

Il ne laissa pas le temps de répondre à Yoki qui serrait les poings de rage. Rage qu'il ressentait envers son horrible belle-soeur.

-Je crois que maman va aussi aller en enfer, parce que lorsqu'elle me dit des mots, ça me fait mal ici.

Il pointa l'emplacement de son coeur.

-Et ça me fait aussi mal que le bâton de bamboo et faire mal aux gens, c'est être vilain, ça aussi Nami-sensei le dit.

Pourtant, Naon ne pleurait pas comme si cela ne serait pas toléré, car lorsqu'il pleurait, sa mère n'attendait pas une autre excuse pour l'engueuler férocement lorsqu'elle savait que Lunao n'était pas aux alentours, car celui-ci avait la vilaine habitude de la remettre à sa place comme si s'était ''elle'' qui avait un problème.

À ce moment-ci, Masashi Yoki posa sa main sur la tête de son neveu, inspira longuement pour se débarraser de cette boule qui le prenait à la gorge et ébouriffa les cheveux de Naon d'une main protectrice et surtout pleine d'amour et plongea son regard implorant dans le sien. Il n'y avait pas de mot pour décrire la vague bienfaitrice qui prit possession du corps de Naon, il avait comprit, par ce simple contact presque paternel que tout n'était pas perdu et qui lui restait encore beaucoup à voir.

-Tu n'es pas vilain, mon petit Naon.

Deux jours plus tard, Naon se retrouvait en vacances, à la mer, avec son oncle pendant trois longues semaines qui passaient le temps de le dire. Jamais Yoki n'avait vu son neveu aussi heureux et il passa chaque seconde de son temps à jouer avec celui-ci, lui apprendre de nouvelles choses et lui donner le goût de vivre encore.

Ensuite, la vie poursuivit son cours et Naon ne cessa pas de grandir pour autant. Il était déjà plus grand que la plupart des garçons de sa classe et les filles lui tournaient autours comme les mouches tournaient autour des frites d'un WcDonald. La comparaison n'était pas très charmante, mais déjà à l'époque, Naon avait une opinion bien arrêtée sur la gente féminine. Il n'avait toujours pas autant d'ami qu'il n'aurait dû en avoir à son âge, mais Naon avait trouvé son semblant de bonheur, assit au fond de la cours sous un grand chêne. Dans cet havre de paix, il écrivait dans un grand calepin, de petites histoires bien à lui, là où le bonheur existait que tous finissaient heureux. En fait, cette passion d'écrire était né dès le premier jour d'école où son sensei s'était mit en tête d'apprendre à lire à ses élèves et qui dit lire dit aussi écrire. Alors Naon fit tout pour apprendre à lire et à écrire le plus vite possible. Il était le plus brillant des élèves et il émerveillait ses enseignants par son imagination débordante et sa main faite pour écrire et tous l'encourageaient dans cette direction.

Et c'est ce qu'il fit. Chaque jours il lisait, transcrivait ses idées dans un calepin et alors débuta des petites histoires sur un personnage bien à lui qu'il nomma Shirohime ou '' La princesse Blanche''. Un grand homme dépourvu de toute malvaillance et qui inspirait le bonheur et la pureté, car bien que la traduction du nom évoquait une femme, c'était bien un homme, un héro, dont il s'agissait.

Les années s'écoulaient encore et il commença à avoir un tempérament plus impulsif et allait même jusqu'à oser répondre à sa mère qui ne se gêna pas de le punir comme il se doit. Déjà gamin, il avait été très difficile, maintenant les servantes évitaient sa présence et tremblaient devant lui, même s'il n'était encore qu'un enfant, car lorsqu'il était en colère, il lançait des objets vers n'importe qui. Sa mère qui voyait son autorité déclinait sur cette ''chose'' devint de plus en plus incontrôlable avec son bâton de bambou et un jour, Naon se lassa de sa violence envers lui et la famille principale des Masashi sombra dans une terrible crise.

C'était exactement le jour de ses 13 ans. Naon avait eu la bonne idée de chercher la colère de sa mère et il avait tout fait pour l'attiser à son point culminant en laissant ses longs cheveux - qu'elle détestait particulièrement - tomber négligemment sur ses épaules, il portait ses vêtements les plus vieux et les plus délavés et surtout, il avait volontairement renversé une tasse de thé sur le beau yukata de Kanna. À ce moment-ci, alors qu'il voyait sa mère virer au rouge, il s'avança un peu vers elle et déclara d'une voix glaciale.

-Tu es une vrai petite garce, une vrai de vrai.

Elle ne prit pas beaucoup de temps à sortir son bâton de bambou. Kanna poussa son fils à terre, lui lança des injures tout en le frappant et Naon, au bout d'un moment, se lassa et attrapa le bâton de bambou. La mère malade trembla devant le regard terrifiant que lui jetait son dernier et elle tomba d'elle-même sur le tatami alors que Naon brandissait sans hésitation le bâton devant lui et se mit à frapper férocement sa mère en lui gueulant des injures qu'un enfant de 13 ans n'aurait jamais dû connaître si tôt.

-Alors ça fait quoi, hein! Ça fait mal, hein? Prend ça salope! Tu ne me toucheras plus jamais, tu m'entends, plus jamais!

Et il continua de frapper malgré les cris des servantes qui résonnaient dans la pièce. Naon était dans un autre monde, il voyait rouge, rouge comme le sang qu'il avait lui même versé sous les assauts de sa mère, mais aujourd'hui c'était fini, il allait lui faire payer sa violence par sa propre violence. Ainsi, la violence n'engendrait que la violence.

La colère de Naon était immense, violente, irritable, c'était un cadeau empoisonné et sa mère en payait enfin le prix. Kanna tendait tant bien que mal de protéger son visage, mais son fils s'attardait sur chaque partie de son coeur. Chaque coups semblait lui apporter un soulagement temporaire et quand se soulagement disparaissait il frappait à nouveau et encore plus fort. Soudainement, il se sentit perdre pied et il tomba lourdement sur le sol sous le poid de son frère Lunao qui venait à la rescousse de sa pauvre mère qui sanglotait bruyamment par terre, rouler en boule et qui se berçait elle même en répétant continuellement: '' Je suis une mauvaise mère, je suis une mauvaise mère, je suis une mauvaise mère, je ne lui ai pas apprit le respect, ce n'est qu'un ingrat, il est fou, il est malade...''

Cet évènement causa un terrible froid au sein de la famille et de nos jours, en on parle encore à mots couvert, mais cela est une autre histoire.

Trois mois après son quatorzième anniversaire, Naon tenta de se suicider avec des aspirines, causant ainsi une quasi-overdose au grand dam de sa mère qui prit ce terrible évènement comme excuse pour le traiter d'ingrat juste bon à se tuer pour gaspiller tout l'argent et les espoirs qu'ils avaient mit en lui. Cet évènement brisa finalement le faible lien qui lui restait avec sa famille. Son père voulu l'interner ou l'envoyer dans une orphelinat, ayant trop honte de ce fils qu'il n'avait jamais prit le temps de connaître. Son grand frère, l'oncle de Naon, s'interposa face à cette initiative et prit enfin Naon sous son aile et l'adopta au sein de sa propre famille qui se résumait à lui seul sous les '' Bon débarras!'' de sa belle-soeur et son petit frère.

Le seul contact que Naon continuait d'avoir avec son ancienne famille était Lunao, son frère aîné.

La vie poursuivit son cours, Naon débuta une thérapie avec l'un des meilleurs psychiatres de Tokyo et il trouva en cet homme un parfait confident. À force de vivre en sa présence, Yoki découvrit un neveu qu'il ne connaissait pas, c'est-à-dire un adolescent capricieux, colérique et qui traitait tout le monde comme des esclaves et il donna le droit à sa bonne de remettre Naon à sa place. Chaque fois qu'il se faisait punir comme un gamin, Naon boudait - se comportait comme un enfant, en fait - faisait souvent des crises, mais il fini par s'habituer à la présence de cette bonne et à s'enticher de celle-ci. Yakawa-san était douce, gentille, compréhensible, elle ne l'insultait jamais et surtout, elle ne sortait pas de bâton de bambou. En plus, elle lui donnait des friandises, s'occupait de ses études, veillait à lui faire faire ses devoirs et elle lui offrait un cadeau et un vrai gâteau d'anniversaire lorsque ceux-ci se présentaient à chaque premier décembre.

Naon vieilli et devint un jeune homme. À 16 ans, il découvrit son premier amour, Shen, mais cette histoire est morte et enterrée, littéralement et on n'en fera pas mention ici. À 17 ans, il fit publier un premier recueil de nouvelles à l'eau de rose qui firent fureur auprès des lectrices qui découvrirent ainsi un nouvel auteur de talent caché sous son nom de plume, Shirohime. Une fois majeur, il entra à l'université et poursuivit de nombreuses études supérieurs en comptabilité, mais surtout en littérature, car être écrivain était son rêve et les chiffres ne faisaient partie de sa vie que pour rendre service à son oncle qu'il aimait plus que tout au monde.

Souhaitant être le plus autonome possible, Naon se contenta d'un emploi à temps-partiel en tant que mannequin dans une petite agence de mode pour homme et de ses nombreuses bourses d'étude, jamais il n'accepta l'argent que voulait lui offrir généreusement Yoki. Entre temps, au cours de ses études, il écrivit ses premiers romans qui furent publier par la même maison d'édition et il eut un plus fort succès envers les dames en quête de romances, toujours sous le même nom de plume, Shirohime.

Une fois diplômé, il retourna vivre dans le manoir de son oncle qui était de plus en plus absent et prit les comptes de celui-ci en charge. Trafic d'armes blanche, d'armes à feu ou de drogues, il tient tout les comptes de celui-ci et lorsqu'il en a fini avec les chiffres, il prend son crayon et écrit, imagine, puis écrit encore. À 26 ans, il a sa propre petite fortune à lui bien protégé dans un compte en banque lui appartement et il est l'auteur de plus de 150 romans et 15 recueils de nouvelles. Plus d'une centaine de ses romans sont considérés comme des best-scellers.

Chez les Yakuza, vraiment?

Tel oncle, tel neveau. C'était aussi simple que cela. Naon est pourvu d'une haute admiration pour son oncle Yoki et si celui-ci décidai de sauter au-dessus d'un pont et bien Naon n'aurait d'autre choix que de le suivre. Ainsi donc, c'est avec une certaine fierté mal dissimulée que Yoki fit entrer son neveu dans les rangs des Yakuza, plus précisément sous la bannière des Inagawa. D'une nature plus fragile que les autre, Naon ne fait pas vraiment de travail sur le '' terrain ''. Comme dit un peu plus tôt, Naon gère les comptes illégaux de son oncle et parfois ceux de d'autre clients ( ceux qui se cherche un comptable de confiance ). Autrement dit, Naon gère un peu quelqu'uns des traffics illégaux important de Yoki et grâce à son imagination débordante et grâce à sa main d'écrivain, il lui arrive régulièrement qu'on lui demande de falsifier des rapports, des fiches de toute sorte et même des dossiers criminels ou d'immigration. Il arrive même à imiter des signatures s'il s'y met correctement. Parfois, lorsqu'il y a un meurtre, Yoki fait appel à son cher neveu pour écrire un avis de décès tout simple qui protège ses arrières.





Dernière édition par Naon Masashi le Sam 31 Déc - 20:55, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
June Hong Ki
WAR AS WE LIKE IT.
WAR AS WE LIKE IT.

▌Petits Mensonges : 250
▌Music : If I Die Young - Band Perry (The)
▌Quotes : ➸ Bright star, would I were stedfast as thou art- Not in lone splendour hung aloft the night And watching, with eternal lids apart, No yet still stedfast, still unchangeable, Pillow'd upon my fair love's ripening breast, To feel for ever its soft fall and swell, Awake for ever in a sweet unrest, Still, still to hear her tender-taken breath, And so live ever-or else swoon to death.

Got a Secret ;
■Pseudo : Fake
■Classe Sur Frenesis:



Got a Secret ;
■Pseudo : Fake
■Classe Sur Frenesis:

MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Jeu 29 Déc - 13:40

Bienvenu parmi nous ♥
Je te souhaite bonne chance pour ta fiche & joyeuses fêtes aussi au passage ~
Si tu as des questions, n'hésite surtout pas ! Bonne continuation :'D



There's a song that's inside of my soul. It's the one that I've tried to write over and over again
I'm awake in the infinite cold. But you sing to me over and over and over again. So, I lay my head back down. And I lift my hands and pray to be only yours, I pray, to be only yours, I know now you're my only hope.



Merci Ju-de pour mon ava qui roxx & mes sign's ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-liar-game.forum-actif.net


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Naon Masashi
DARKER THAN BLACK.
DARKER THAN BLACK.

▌Petits Mensonges : 7



MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Ven 30 Déc - 6:53

Voilà, j'ai fini ma présentation ( J'espère hein è_é ) et je n'attends plus que le terrible jugement de l'administration et puis ma validation, have fun dear administration!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
June Hong Ki
WAR AS WE LIKE IT.
WAR AS WE LIKE IT.

▌Petits Mensonges : 250
▌Music : If I Die Young - Band Perry (The)
▌Quotes : ➸ Bright star, would I were stedfast as thou art- Not in lone splendour hung aloft the night And watching, with eternal lids apart, No yet still stedfast, still unchangeable, Pillow'd upon my fair love's ripening breast, To feel for ever its soft fall and swell, Awake for ever in a sweet unrest, Still, still to hear her tender-taken breath, And so live ever-or else swoon to death.

Got a Secret ;
■Pseudo : Fake
■Classe Sur Frenesis:



Got a Secret ;
■Pseudo : Fake
■Classe Sur Frenesis:

MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Sam 31 Déc - 14:30

Il ne manque plus qu'un petit détail par contre!
Pourrais-tu expliquer comment tu t'es retrouvé chez les yakuza, avec le clan Inagawa ?
Désolé de t'embêter, après promis, je te valide :'D



There's a song that's inside of my soul. It's the one that I've tried to write over and over again
I'm awake in the infinite cold. But you sing to me over and over and over again. So, I lay my head back down. And I lift my hands and pray to be only yours, I pray, to be only yours, I know now you're my only hope.



Merci Ju-de pour mon ava qui roxx & mes sign's ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-liar-game.forum-actif.net


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Naon Masashi
DARKER THAN BLACK.
DARKER THAN BLACK.

▌Petits Mensonges : 7



MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Sam 31 Déc - 20:55

Comme ça, ça va? :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
東京ーTokyo

▌Petits Mensonges : 44
▌Music : ANSWER IS NEAR | ONE OK ROCK
▌Quotes : NEXT TIME YOU POINT A FINGER I'LL POINT YOU TO THE MIRROR. PLAYING GOD.



MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Sam 31 Déc - 21:25

FICHE VALIDÉE
    Je n'ai plus rien à redire, j'aime beaucoup ton style et la façon dont tu mènes les évènements et les personnages (je suis fan de sa mère). J'ai vraiment hâte de lire tes rp my dear ♥
    Pour ce qui est de la tour 109, tu peux y répondre car c'est un event libre ~ Fais juste en sorte de rejoindre un des deux groupes qui s'est formé (Kenji & Kanon ou Liesel & Hiro)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Naon Masashi
DARKER THAN BLACK.
DARKER THAN BLACK.

▌Petits Mensonges : 7



MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   Sam 31 Déc - 23:46

Mershi beaucoup :3
Je vais aller harceler les gens à la tour 109, kekeke.
Pour ce qui est de la mère de Naon, une vraie folle, hein!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naon Masashi, the unhealthy one.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Naon Masashi, the unhealthy one.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Show Me Your Teeth :: Dawn Of Your New Life :: Yakuza ー 極道-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit