AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Jun Yamamoto.



 
LA V2 EST ENFIN LA..HIP HIP HIP HOURRA ♪(ノ´∀`*)ノ DE NOUVELLES SURPRISES VOUS ATTENDENT. ~

Partagez | 
 

 Jun Yamamoto.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Invité
Invité




MessageSujet: Jun Yamamoto.   Mar 12 Juil - 14:41

Hold 'em Like They Do in Texas Plays...




The Hot Issue


F e a t : Gakupo.
NOM - Yamamoto.
PRÉNOM - Jun.
ÂGE - 22 ans.
DATE DE NAISSANCE - 17 juin.
PROFESSION - Yakuza et propriétaire d'un bar qui sert de casino clandestin.
QUARTIER DE RÉSIDENCE - Asakusa.
GROUPE - Yakusa : clan Yamamoto.

Let You Speechless





The Geek Inside

PSEUDO - Kiwi.
ÂGE - 17 ans.
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? - Par des partenaires.
DES SUGGESTIONS ? - Ce forum roxxe grave du poney. ヾ( ^ω^)ノ
LE CODE - Vu par June ♥

Sweet Dreams


F e a t : Mi-chan.
PSEUDO - Night.
CLASSE - Voleur.
ARME - Il possède deux dagues en argent similaires pour les actions et le combat au corps-à-corps ainsi qu'un simple coutelas pour le lancer (dans les cas extrêmes).

PRESQUE MOI - Honnêtement, en créant son avatar Jun n'avait pas pour but de créer le corps de ses rêves puisqu'il le possède déjà In Real Life. Non, il voulait être simple mais cool, charismatique mais pas autant que lui-même l'était. C'est ainsi que naquit Night : garçon d'environ un mètre soixante-dix, plutôt mince mais pas maigrelet pour autant, des muscles fins et des allures un peu féminines. Sa silhouette est donc assez commune, discrète, et ce n'est pas par hasard qu'il est comme ça : vous vous imaginez un voleur avec un corps comme celui d'Arnold Schwarzenegger ? Vive la discrétion ! En revanche, là où Jun s'est bien amusé c'est en façonnant son visage : fin, ovale au menton pointu un peu comme celui d'une fillette, Night a cependant un air mesquin et futé très masculin en opposition avec le reste de son allure. Son regard noisette est vif et perçant mais reste impénétrable, mystérieux. Ses cheveux châtains retombent en mèches devant une bonne moitié de son visage, lui cachant un œil. Là où Jun s'est autorisé une petite touche d'originalité, c'est en ajoutant des mèches décolorées à son personnage ainsi que quelques piercings (un à la langue, deux côte-à-côte sur la lèvre inférieure, un autre à l'arcade sourcilière et une petite flopée sur le lobe de ses oreilles).





Could We Fix You If You Broke ?



The Very Bad Reputation

Le caractère de Jun peut être un peu déstabilisant au premier abord. Après tout, quand on parle d'un yakuza ou s'attend bien souvent à tomber sur un type avec un accent agressif, un caractère bestial et une bouche si ferme qu'elle frôlerait le prix de la plus belle ligne droite (la magie des stéréotypes). Sauf que c'est loin d'être le cas de Jun. D'un tempérament jovial, léger et insouciant, il aime faire la fête. Et pas qu'un peu ! Il ne manque jamais une occasion pour en faire : que ce soit pour un anniversaire, une victoire, une grosse somme d'argent remportée, tout est bon pour se démener sur une piste de danse et boire une bouteille ou deux (quand il n'a pas la main lourde sur l'alcool). Vraiment, il aime s'amuser et il est vraiment le genre de personne qu'on verrait bien brandir une pancarte « Still the night, kill the lights » même s'il n'est pas vraiment fan de Cascada.
Cependant il ne faut pas se fier seulement à cette première façade très apparente de sa personnalité (bien que le reste soit plus difficile à remarquer lorsqu'on ne fait pas parti de son proche entourage). En effet on peut déceler une toute autre face de sa personnalité derrière ce jeune homme gai et souriant, une face plus sombre, plus sérieuse, plus calme et réfléchie. C'est là qu'on retrouve le fils du chef du clan Yamamoto, un garçon à la détermination implacable capable de tout pour arriver à ses fins et à ceux de la famille. Parce que résolu, il l'est plus que quiconque. Quand il décide de s'y mettre, il ne fait pas les choses à moitié. Et s'il échoue, il se dit que cette expérience ne le rendra que plus fort et qu'il aura une autre occasion pour s'y re mesurer. Et rien ne vaut la fierté de la famille ! Le clan Yamamoto, c'est toute sa vie (même si parfois ce n'est pas simple) et il est d'une loyauté sans faille envers son père et les autres. D'ailleurs il espère au plus profond de lui-même être à la hauteur pour porter le flambeau dans le futur...
Question goûts, il est assez branché. En musique il aime surtout l'électro-punk, et c'est toujours volontiers qu'il se rend dans des boîtes où passent des DJs et des groupes de ce genre. Il n'est pas musicien mais en revanche il aime bien dansé, même s'il ne l'avouera jamais à vive voix. Il n'écoute pas que de ça, scindant en deux son style de musique préféré il apprécie aussi l'électro et le punk-rock. Autrement il déteste lire ou regarder la télévision, trouvant ces activités trop mornes et ne supportant pas rester assis dans un fauteuil pendant plus d'une demi-heure. Il préfère de loin le sport, et de toute façon il n'a jamais vraiment eu le choix avec tous les entraînements que lui donnaient son père. Il a une passion. Enfin, ça n'en est pas vraiment une mais il y a une chose qu'il aime bien : l'alcool. Pas dans le sens qu'il est alcoolique et aime se mettre la mine, non ! Il aime bien faire des cocktails, en goûter des nouveaux, en faire découvrir aux autres. Cela dit il n'est pas un très bon barman... !


INDISCRÉTIONS



DIRTY LITTLE SECRET - Des secrets ? Bien sur qu'il en a. Mais un secret révélé n'a plus lieu d'être alors... chut ! ❤
SEXUAL ORIENTATION - Lui ? Bien sur qu'il est attiré par les filles ! ...même si parfois son regard a tendance à glisser sur ses collègues masculins, même s'il ne l'avouera jamais (et surtout pas à lui-même !).
PROJECT - Sa vocation semble avoir été tracée depuis sa naissance : voué à prendre le flambeau de son père, il est bien décidé à devenir un aussi bon chef que lui.
DREAM - Si on peut appeler ça un rêve, il souhaite montrer à tous que le clan Yamamoto est le meilleur et ainsi « régner » sur le Tokyo de l'ombre...
ALWAYS CLOSE - De la monnaie, son téléphone portable, quelques élastiques pour s'attacher les cheveux : juste l'essentiel.
QUOTE - Avant de dépasser les autres il faut se dépasser soi-même.

BANG BANG: Beautiful & Dirty Rich

Un peu comme pour le caractère, il existe un vrai clicher pour le physique d'un yakuza. Genre crane rasé ou cheveux ras, moue dédaigneuse, regard dur, vêtements trop larges et dos voûté en un s frôlant la scoliose. Là aussi Jun brise l'image absolument ridicule du petit truand des rues qui pense se donner une image imposante à travers sa décadence (et encore heureux !). Grand et finement musclé, sa colonne vertébrale se porte à merveille tant il se tient droit comme un i. Mesurant un bon mètre quatre-vingt, sa carrure est imposante mais pas dans l'excessif, restant discrète et se fondant facilement dans la foule. Il a la peau plutôt clair et il ne bronze que rarement malgré le fait qu'il sorte assez souvent.
Son visage assez fin peut sembler androgyne au premier abord, mais on est bien vite fixé sur le sexe de l'individu grâce à sa mâchoire trop large pour appartenir à une femme. Ses lèvres fines révèlent à qui veut bien voir une dentition blanche et parfaitement alignée qui évoque irrémédiablement une question : combien Jun a-t-il payé son dentiste pour qu'il s'occupe aussi bien de ses dents ? Son nez est droit et fin, aux arêtes pointues et bien dessinées. Il a de grands yeux qui peuvent sembler noirs tant ils sont foncés, mais il arrive qu'avec un certain éclairage un éclat bleuté apparaisse dans ses iris, prouvant que ses yeux ne sont pas noirs mais bel et bien d'un bleu particulièrement foncé. Ses prunelles sont surmontées d'une masse de cils assez volumineuse pour un garçon, ce qui accentue particulièrement son regard perçant. Ses cheveux sont longs et lui arrivent jusqu'aux reins, soyeux, jamais emmêlés et toujours en bonne santé (à croire qu'il les chérit et s'en occupe autant qu'une adolescente !). Ils sont de ce noir d'ébène si caractéristique des Japonais, à la différence près que les siens ont des reflets violets grâce à la teinture qu'il n'admet jamais se faire et une frange épaisse lui retombe sur le front. Bien souvent il se les attache à l'arrière du crâne afin de ne pas être gêné à cause de quelques mèches rebelles lui encombrant la vue.
Jun fait attention à sa tenue vestimentaire. Sa garde robe se limite aux couleurs noires, blanches ou grises, à quelques exceptions près, et bien souvent il porte des chemises, des pantalons unis et de cravates d'une façon décontractée qui lui va bien. Classe mais cool. Ses chaussures en cuir sont toujours cirées à la perfection et il lui arrive parfois d'enfiler une paire de santiags en peau de crocodile (il les adore mais y fait tellement attention qu'il ne les porte qu'en de rares occasions de peur de les abîmer). Sa démarche est souple et décidée, et c'est souvent en le voyant marcher qu'on réalise que Jun est une personne déterminée prêt à tout pour obtenir ce qu'il veut.





Popped My Heart On My Bubble Dreams...



The Story Of Morning Glory


« Jun ! Jun mais enfin où es-tu ? »
Le petit garçon s'enfonça un peu plus dans l'ombre de l'entrée des combles en voyant passer devant sa cachette les jambes de sa mère (il savait que c'était les siennes grâce à sa démarche et aux chaussons qu'elle portait -bleus avec des étoiles jaunes-). Cependant il ne recula pas trop, car la pièce derrière lui était plongée dans le noir et... qui savait ce qui se cachait là-dedans ? Jun ne préférait pas y penser, sachant très bien que s'il cédait à la peur il ne pourrait s'empêcher de sortir en courant et se ferait repérer.
Il attendit encore un peu que les pas et les appels de sa mère se soient éloignés et sortit de son coin en courant avec légèreté (doucement, là : voilà, chut !). Il ouvrit la fenêtre qui donnait sur le toit et escalada sur le rebord, soufflant fort (chut chut chut !) sous le coup de l'effort. Il referma le battant de la fenêtre derrière lui pour plus de discrétion (pas totalement : il ne faut pas oublier ce qu'a dit maman sur le petit garçon enfermé pendant toute une journée dans un placard en jouant à cache-cache). Il trottina sur les tuiles sans trop s'approcher du bord, par prudence. Il savait où mettre les pieds pour ne pas glisser : ce n'était pas le première fois qu'il venait ici.
Arrivé au bout du toit, il s'allongea à plat ventre avec précaution. De là, il pouvait voir une bonne partie du jardin mais surtout... le dojo familial. Il n'avait pas le droit d'assister aux entraînements personnels de son père (injuste, trop injuste !) mais il avait trouvé une solution à ses envies : du haut du toit, il pouvait voir l'intérieur du dojo sans être repéré. Son père était debout sur le parquet de la grande salle d'entraînement, son bokken tenu fermement entre ses mains et sa position parfaite. Jun le voyait de dos mais il s'imaginait très bien l'expression que devait avoir son père à ce moment là -il la connaissait pas cœur- : le regard dur et déterminé, la mâchoire serrée et les sourcils froncés par la concentration.
Il se mit en mouvement. Jun retint sa respiration. Un jour il deviendrait aussi fort que son père.

Aussi loin qu'il s'en souvenait, Jun avait toujours eu une seule véritable ambition : égaler son père et reprendre le flambeau de la famille. Que ce soit à quatre ans en s'amusant dans le jardin, à quinze ans en se battant dans la coure du collège ou à vingt en mettant une raclée à quelques malchanceux qui lui devaient de l'argent. Et pourtant, cette responsabilité qui pesait sur ses épaules depuis sa naissance n'avait pas toujours été facile à supporter, surtout pendant l'enfance. Et Jun s'en souvenait très bien, trop bien, de ces séances d’entraînement qui le laissaient épuisé et démotivé...

I) Première leçon : avant de pouvoir t'estimer capable de mener des hommes, apprend, exerce, grandi.
Il était debout devant son père, les genoux légèrement fléchis, en position d'offensive. Son sabre en bois serré fermement dans ses mains moites, il fixait sans ciller les yeux de son père, cherchant un signe trahissant le moment où il passerait à l'attaque. Mais son visage ne montrait qu'une chose : la concentration. Soudainement, il se mit en mouvement. Surpris, Jun faillit perdre l'équilibre mais se ressaisit à temps. Mais pas pour bien longtemps... en trois coups, il tomba à la renverse, une douleur cuisante derrière ses genoux témoignant du coup qui l'avait fait chavirer. Il se redressa en grimaçant sous le regard sévère de son père.
« Concentre-toi un peu, Jun. » le réprimanda-t-il d'une voix dure. Jun approuva d'un vague grognement et se remit en position. Cette fois, l'assaut dura un peu plus longtemps mais l'issue resta la même. L'épaule endolorie, il s'efforça à se relever mais s'arrêta en voyant la mine contrariée de son père. « Ce n'est vraiment pas glorieux, Jun. Je suis déçu. » Tétanisé, il n'osait pas couper les réprimandes dont il était l'accusé. « Il est temps de te prendre sérieusement en main et de penser à autre chose qu'à t'amuser. Je compte sur toi, alors ne me déçois pas. »
Même s'il ne l'avait pas dit, Jun devinait le 'encore une fois' que son père avait passé sous silence. Il le regarda s'éloigner et sortir du dojo, l'air interdit. Lorsqu'il disparut derrière un paravent, une femme accourut vers lui et l'aida à se relever. « Venez monsieur Jun, on va s'occuper de vos vilaines blessures. » Le corps endolori, il se laissa traîner jusque dans la cuisine où on lui passa de la pommade sur les hématomes qui commençaient à apparaître sous sa peau. Quelqu'un lui servit une assiette de pains aux haricots rouges qu'il s'empressa d'avaler goulûment en buvant un citron chaud. Il resta assis quelques minutes afin de se reposer et il sentit sa détermination monter en lui. Le corps encore courbaturé, il se releva et retourna dans le dojo pour s'entraîner. La prochaine fois qu'il se battrait contre son père, il lui montrerait de quel bois il se chauffe.

À partir du moment où son père prit en charge son entraînement, Jun progressa avec acharnement et détermination. Mais même s'il prenait sa charge et son apprentissage très à cœur, il restait qui il était et n'oubliait pas – surtout pas ! – de s'amuser. Libre de faire ce qu'il voulait, il était traité en petit roi dans sa maison et chacun de ses caprices était comblé selon ses désirs. Quand il s'agissait de s'amuser, il était un parfait nombriliste appliquant à la perfection la philosophie du « moi, je ». La seule personne qui semblait pouvoir freiner ses excentricités juvéniles et ses blagues de mauvais goût était son père.

II) Deuxième leçon : reconnaître où sont les limites et savoir s'il est bon de les franchir ou non.
Jun réprima un fou rire avec difficulté, sachant que s'il se faisait repérer à ce moment là de l'opération il risquait des ennuis. Assis à califourchon au bord du toit sur lequel il se réfugiait depuis qu'il était petit, une bassine remplie à côté de lui, il se pencha un peu au-dessus du vide pour vérifier que la porte juste en dessous était toujours bien fermée. Il trépignait d'impatience tant il jugeait sa farce géniale. Il jeta un œil au contenu de la bassine et il fut à nouveau secoué d'un nouveau rire silencieux. À l'intérieur, il avait préparé avec soin un mélange d'eau, d’œufs et de farine, et par manque d'imagination il y avait ajouté quelques algues qui ressemblaient à des grumeaux noirs dans la mixture gluante. Il avait prévu de vider la bassine sur une certaine Saki Kumohira, sensée venir rendre visite à sa mère dans l'après-midi. Cette sale touche-à-tout avait fourré son nez dans ses affaires et l'avait sévèrement grondé en le surprenant en train de voler de la nourriture dans la cuisine. Et maintenant, il allait se venger !
Enfin, une voiture se gara dans l'allée et Jun arrêta de rire, se tapissant sur le toit. Il vit sa cible sortir de la place du conducteur, habillée d'un de ses habituels tailleurs de femme d'affaires. Elle s'approcha de la porte d'entrée d'un pas résolu et faisant claquer ses talons aiguilles sur le sol et appuya sur la sonnette. Au même moment, Jun attrapa la bassine et la retourna juste au dessus du chignon soigneusement attaché sur le crâne de Saki Kumohira. Elle poussa un hurlement à en percer les tympans et Jun éclata d'un rire hystérique, manquant de peu de tomber du toit. En bas, il entendit quelqu'un ouvrir la porte et se précipiter dehors pour voir ce qu'il se passait. Une voix grave, calme mais néanmoins impressionnante s'éleva de l'entrée. « Mademoiselle Kumohira ! Enfin, que vous est-il arrivé ?
- Là-haut ! Là-haut ! Je l'ai vu se tordre de rire ! hurla-t-elle d'une voix suraiguë. Celui qui a jeté cette chose sur moi ! »
Jun s'arrêta soudain de rire. Un instant, il songea à s'enfuir en courant mais il savait que c'était trop tard. Son père était en bas, et il savait. Jun en était certain. Et il avait raison.
« Jun. Descend du toit immédiatement. » La voix impérieuse de son père était implacable, ne donnant aucune envie à son fils de se défiler.
Plus tard, enfermé dans sa chambre, il réfléchissait au sermon auquel il avait eut droit à propos des limites à ne pas dépasser et de la maturité dont il devait faire preuve à son âge. Mais dans le fond, il lui semblait avoir perçu une lueur de fierté dans le regard de son père. Après tout, sa première embuscade avait abouti avec succès... mais peut-être avait-il rêvé.

Malgré tout, Jun ne pouvait pas dire qu'il était vraiment proche de son paternel. Ce dernier semblait s'intéresser à lui seulement de loin et s'occupait de lui que lors de leurs entraînements et les rares fois où il venait mettre un terme aux bêtises de son fils. Cette relation un peu bancale allait parfaitement pour Jun, son père étant plutôt une image d'ambition plutôt que familiale. Néanmoins, lorsqu'il avait appris que son père avait été hospitalisé, il ne put s'empêcher de regretter de ne pas l'avoir connu un peu plus sur le plan personnel.

III) Troisième leçon : même une vie déjà tracée peu se révéler surprenante, vigilance constante prime sur la confiance.
Jun enfonça la clef dans la serrure et ouvrit la porte d'un air las. L'intérieur du bar était vide, les chaises déjà posées sur les tables et la moitié des lumières étaient éteintes. Épuisé, il s’avachit sur l'un des tabourets du comptoir et se prit la tête entre les mains.
« Quelque chose ne va pas, monsieur ? » demanda une voix féminine qui le fit sursauter. C'était Sunako, une jeune étudiante qu'il employait comme serveuse ici et qui était étroitement mêlée aux affaires de la famille. « Je suis restée ici jusqu'à votre retour, mais comme il se faisait tard je m'apprêtais à partir. » Jun jeta un œil à la pendule accrochée au dessus de la machine à café qui indiquait qu'il était trois heures vingt du matin. Il soupira et s'efforça de sourire à la jeune femme. « Merci Sunako, tu peux y aller. Désolé de t'avoir retenue ici.
- Vous êtes certain que tout va bien ? Vous voulez un cachet d'aspirine peut-être, je dois en avoir dans mon sac. »
Il hocha vaguement la tête et la regarda fouiller dans le sac à main qu'elle portait à son épaule. Elle s'approcha de lui et posa un petit cachet sur le marbre gris du comptoir. Se glissant derrière, elle lui servit un verre d'eau qu'elle posa devant lui. Le saluant poliment, elle s'en alla dans la nuit pâle.
Fatigué, Jun massa ses tempes du bout des doigts. Il venait de rentrer de l'hôpital où son père avait été hospitalisé en urgence en fin d'après-midi. Dans un état assez critique, les médecins l'avait autorisé à aller le voir peu après minuit, bien au-delà des heures de visite. Là, il avait découvert son père alité et aussi pâle que le cachet qu'il venait d'avaler. Assis à côté de son lit de mort, il l'avait écouté en s'efforçant de garder son calme et il avait juré. Juré de remplacer son père pendant que ce dernier était à l’hôpital, de veiller sur le clan avec dignité et d'en faire sa première priorité. Il était sorti de l'hôpital déstabilisé et fatigué, il s'était rendu jusqu'à son casino-bar afin de récupérer ses affaires qu'il avait oublié dans la précipitation et rentrer chez lui.
Repensant à tout cela, Jun se leva du tabouret et récupéra son sac qu'il avait laissé dans son « bureau ». Il finit d'éteindre toutes les lumières, activa l'antivol, ferma la porte à double tour et prit la route de chez lui. Un sentiment d'anxiété mêlé à de l'excitation avait pris place dans son cerveau. Mais surtout, c'était de la détermination qu'il sentait au fond de lui.





Dernière édition par Jun Yamamoto le Mer 27 Juil - 19:21, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Kanon Masukawa
HEART MIND & SOUL.
HEART MIND & SOUL.

▌Petits Mensonges : 328
▌Music : FICTION ♛ BEAST
▌Quotes : A philosopher once asked, -Are we human because we gaze at the stars or do we gaze at the stars because we are human?- Pointless really. Do the stars gaze back? Now that's a question.

Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte



Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte

MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 13 Juil - 0:28

Bienvenu sur le forum Heart
C'est Mam' qui va être content de te voir 8D

En tout cas si tu as la moindre question n'hésite pas && good luck pour ta fiche.~
Si t'as besoin de la place j'effacerai mon message :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-liar-game.forum-actif.net


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Molly Sagasaki
HIGH, HIGH, TOUCH THE SKY.
HIGH, HIGH, TOUCH THE SKY.

▌Petits Mensonges : 31

Got a Secret ;
■Pseudo : Dawn.
■Classe Sur Frenesis: Voleur.



Got a Secret ;
■Pseudo : Dawn.
■Classe Sur Frenesis: Voleur.

MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 13 Juil - 14:18

    Welcommme. :D
    J'adore le nom de famille. /sbaf xDD. brefeuh (:, bonne continuation pour ta fiche & amuse toi bien ici /o/ ♥

    ( de même que Kanon après si jamais tu as besoin de plus d'un ou deux posts. :> )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Kanon Masukawa
HEART MIND & SOUL.
HEART MIND & SOUL.

▌Petits Mensonges : 328
▌Music : FICTION ♛ BEAST
▌Quotes : A philosopher once asked, -Are we human because we gaze at the stars or do we gaze at the stars because we are human?- Pointless really. Do the stars gaze back? Now that's a question.

Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte



Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte

MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Lun 25 Juil - 5:43

Je vois qu'il ne te reste plus grand chose à faire sur ta fiche *__*
Des petites nouvelles de l'avancement de l'histoire ? :D



YOU & I. BY JU-DE ♥️ || L'art du dandinage by NAOBABO ♥️w♥️
DINDES TEAM A LA CONQUÊTE DU MONDE ♥
A v a t a r ©️ l'orangequituetout Heart
ありがとう~

N a o . a g a i n.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-liar-game.forum-actif.net


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 27 Juil - 16:40

Hop, je passe pour dire que l'histoire sera mise en ligne ce soir. Je suis vraaaaaiment désolé pour tout le temps que ça a pris, j'ai eu des problèmes avec mon #?@:!~ d'ordinateur à cause des récents orages. Mais je me hâte, il ne me reste qu'un bout à rédiger. Heart Et merci pour votre accueil chaleureux, nice to meet you ! Tongue
Revenir en haut Aller en bas


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Volver
WAR AS WE LIKE IT.
WAR AS WE LIKE IT.

▌Petits Mensonges : 142

Got a Secret ;
■Pseudo : Snow
■Classe Sur Frenesis: Voleur



Got a Secret ;
■Pseudo : Snow
■Classe Sur Frenesis: Voleur

MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 27 Juil - 16:59

Welcome Jun. (:

Fighting pour ton histoire. Je compatis...
Bref, you can do it! *-*



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 27 Juil - 19:24

Merci pour tes encouragements. Smile Je préviens que j'ai terminé d'écrire l'histoire, et donc que ma fiche est complétée. (Yatta ! Tongue )
Revenir en haut Aller en bas


avatar
SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Kanon Masukawa
HEART MIND & SOUL.
HEART MIND & SOUL.

▌Petits Mensonges : 328
▌Music : FICTION ♛ BEAST
▌Quotes : A philosopher once asked, -Are we human because we gaze at the stars or do we gaze at the stars because we are human?- Pointless really. Do the stars gaze back? Now that's a question.

Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte



Got a Secret ;
■Pseudo : T s u b a s a.
■Classe Sur Frenesis: Acolyte

MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   Mer 27 Juil - 21:48

Jolie fiche: je valide avec plaisir Heart
J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous *_*



YOU & I. BY JU-DE ♥️ || L'art du dandinage by NAOBABO ♥️w♥️
DINDES TEAM A LA CONQUÊTE DU MONDE ♥
A v a t a r ©️ l'orangequituetout Heart
ありがとう~

N a o . a g a i n.~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo-liar-game.forum-actif.net


SAY MY NAME, SAY MY NAME:
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jun Yamamoto.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jun Yamamoto.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Show Me Your Teeth :: Dawn Of Your New Life :: Yakuza ー 極道-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit